Recyclage : la deuxième vie des avions de ligne

La France est aujourd'hui le premier pays d'Europe pour le recyclage des avions. Elle pèse 15% du marché mondial.

FRANCE 2

Une équipe de France 2 s'est rendue sur le plus grand site français de démantèlement d'avions de ligne. C'est un véritable cimetière à ciel ouvert, où les avions en fin de vie s'alignent sur des parkings géants. Turquie, Jordanie, Russie..., les appareils arrivent de partout. Jugés trop vieux pour garantir la sécurité des passagers, les avions restent ici le temps d'être entièrement désossés.
Les pièces détachées sont d'abord toutes retirées de l'appareil et rendues à leur propriétaire. "Quand l'avion arrive, le propriétaire nous donne une liste de pièces détachées à démonter. La plupart du temps, les pièces principales récupérées sont les moteurs [...], les trains d'atterrissage, le cœur électrique de l'avion avec tous les instruments de bord", commente Sébastien Medan, responsable du démantèlement. En tout, les pièces détachées peuvent rapporter entre 1 et 3 millions d'euros à la revente.

Des avions neufs ou... des vêtements

Même les boîtes noires sont recyclées. Après vérifications, elles peuvent être revendues pour près de 14 000 euros. Chaque pièce est répertoriée, étiquetée et photographiée dans l'attente d'un éventuel acheteur.
Les pièces non vendues seront détruites. Les ailes sont découpées, puis envoyées dans l'aire de stockage des matériaux. L'aluminium sera réutilisé pour reconstruire des avions neufs. D'autres pièces, comme les hublots, serviront à confectionner des vêtements très résistants au froid. Le démantèlement d'un avion est long. Seuls 12 avions ont été désossés sur ce site l'année dernière. Mais dans cette usine, le carnet de commandes est plein pour plusieurs décennies.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un avion d\'Air France à l\'aéroport de Cancun (Mexique), le 27 novembre 2013.
Un avion d'Air France à l'aéroport de Cancun (Mexique), le 27 novembre 2013. (ELIZABETH RUIZ / AFP)