Cet article date de plus d'onze ans.

Quand Nicolas Sarkozy rend hommage à "Stéphane Camus"

En meeting à Avignon lundi, le président-candidat a évoqué un certain "Stéphane Camus", au lieu d'Albert Camus. De quoi susciter immédiatement les sarcasmes de ses détracteurs.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président-candidat Nicolas Sarkozy salue ses partisans alors qu'il arrive à son meeting d'Avignon (Vaucluse), le 30 avril 2012. (BORIS HORVAT / AFP)

Son coup de coeur pour La confusion des sentiments de Stefan Zweig, évoqué au cours de la campagne sur Canal+, est-il à l'origine du lapsus ? Toujours est-il qu'en matière de confusion, Nicolas Sarkozy a suscité les sarcasmes de ses détracteurs, lundi 30 avril, en évoquant au cours d'un meeting à Avignon un certain "Stéphane Camus", au lieu d'Albert Camus.

Le président-candidat disait son "plaisir" de se trouver dans le Vaucluse, à l'entame de sa toute dernière semaine de campagne, et son regret de ne pas être "né sur les bords de la Méditerranée".

Sarkozy rend hommage à "Stéphane Camus" (FTVi)

Aussitôt, le lapsus a déclenché sur les réseaux sociaux des dizaines de détournements humoristiques, l'occurence "Stéphane Camus" figurant même parmi les plus mentionnées sur Twitter pendant plusieurs heures.

Il y a quelques mois, Le Monde relevait que "Nicolas Sarkozy est un habitué" de ce genre de petite bévue littéraire. Le 28 septembre 2011, le chef de l'Etat prononçait ainsi, devant un parterre d'intellectuels, Roland "Barthesse" pour évoquer le sémiologue Roland Barthes. En 2009, il avait aussi évoqué au cours d'un déplacement en avion les "Roujon-Macquart" d'Emile Zola, au lieu des Rougon-Macquart. 

La petite histoire n'est pas sans rappeler, aussi, le célèbre lapsus du secrétaire d'Etat au Tourisme, Frédéric Lefebvre, qui avait expliqué très sérieusement, en avril 2011, que son livre préféré était "Zadig & Voltaire", confondant la marque de vêtements avec le conte philosophique Zadig écrit par Voltaire en 1747. Une séquence qui avait alors fait le tour de la toile en quelques heures, suscitant, là aussi, l'ironie des internautes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.