Pyrénées-Orientales : le regain de la filière du chêne-liège français

Dans un contexte économique difficile, un secteur repart à la hausse : la filière du liège. Le liège français compte parmi les meilleurs du monde. 

FRANCE 2

Sur les hauteurs de Collioure (Pyrénées-Orientales), le massif des Albères, une forêt aride dans laquelle le visiteur ne s'aventure guère. Pour Franck Sellon, c'est le quotidien, car il traque le chêne-liège, l'arbre emblématique de ce littoral catalan. Cet homme est en fait un leveur de liège. Pour seule arme : une petite hache qu'il utilise pour écorcer le chêne-liège. Il faut surtout ne pas blesser l'arbre afin qu'il puisse refaire son écorce. Ce liège est très recherché pour les bouchons de bouteilles de vin.

Bouchons naturels made in France

"Pour faire un bouchon, il faut 3,5 centimètres d'épaisseur, ce qui peut prendre entre 12 et 15 ans", explique le leveur de liège. Cette croissance très lente, c'est ce qui assure l'exceptionnelle qualité du liège français. C'est ce que vient rechercher le représentant du plus gros fabricant de bouchons dans le monde basé au Portugal. Du bouchon naturel made in France, c'est ce que souhaite développer cette société portugaise. Pourtant, du chêne-liège il y en a partout sur le pourtour méditerranée : 200 000 tonnes chaque année. En France, cette production se concentre dans le Var, la Corse, l'Aquitaine et les Pyrénées-Orientales, mais elle ne représente qu'1% de la production mondiale. Face à la demande croissante, la production de liège repart à la hausse depuis cinq ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
(FRANCE 2)