Covid-19 : des annonces pour les Alpes-Maritimes lundi "en fin de matinée", annonce une députée

Selon Marine Brenier, les élus locaux ont demandé à l'État "le rétablissement de la règle des 100 km telle qu'elle avait été éditée lors du premier confinement".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), dimanche 21 février 2021. (VALERY HACHE / AFP)

Des annonces pour lutter contre la propagation des cas de Covid-19 dans les Alpes-Maritimes, département actuellement le plus touché par l'épidémie en France, seront faites "demain [lundi] en fin de matinée" a indiqué dimanche soir sur franceinfo Marine Brenier, députée LR de la 5e circonscription des Alpes-Maritimes. "C'est ce qui a été annoncé aux élus locaux", précise-t-elle.

Eviter les entrées et sorties du département

Dans la métropole niçoise, le taux d'incidence de l'épidémie dépasse les 700 cas positifs pour 100 000 habitants, soit plus de trois fois la moyenne nationale. Lors de la réunion entre les élus locaux et le préfet samedi, "il y a eu deux consensus", rappelle Marine Bernier, "à la fois celui de reconnaître que notre situation humanitaire était très lourde et extrêmement dramatique". L'autre consensus "portait sur la nécessité d'éviter à tout prix que des personnes rentrent dans le département ou que les Niçois et Maralpins puissent quitter le département". Les élus locaux ont demandé "le rétablissement de la règle des 100 km telle qu'elle avait été éditée lors du premier confinement", ajoute Marine Brenier.

"De manière globale, on a quand même majoritairement des élus qui sont très responsables et qui consentent au fait que nous devons avoir des mesures beaucoup plus dures, plus lourdes, que celles que nous connaissons aujourd'hui."

Marine Brenier, députée LR

à franceinfo

Concernant l'interdiction d'entrer dans le département des Alpes-Maritimes, Marine Brenier n'est "pas certaine qu'elle sera adoptée, même si, pour le coup, elle faisait l'objet du consensus de l'ensemble des élus locaux. Je ne sais pas si l'état d'urgence sanitaire nous permettra de prendre ce genre de mesure". Les élus locaux en appellent cependant "à la responsabilité des Français de ne pas venir pendant les vacances scolaires dans notre département", indique la députée LR.

Marine Brenier tient à souligner que "c'est un crève-cœur que de demander aux touristes de ne pas venir chez nous. Mais nous avons la responsabilité de notre population, mais également de ceux qui viennent chez nous de leur garantir une forme de sécurité sanitaire". Ces décisions "fermes et douloureuses" permettront espère-t-elle d'"accueillir dès l'été plus de touristes dans de bonnes conditions et s'assurer qu'ils puissent venir ici et profiter pleinement de ce que la Côte-d'Azur à apporter".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.