Cet article date de plus de douze ans.

Procès de syndicalistes: manif à Bastia

Entre 700 et 1.000 personnes ont manifesté samedi à Bastia en soutien à quatre marins syndicalistes corses
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Alain Mosconi, secrétaire national du STC-marin à Bastia, le 31/10/2009 (© AFP)
Entre 700 et 1.000 personnes ont manifesté samedi à Bastia en soutien à quatre marins syndicalistes corsesEntre 700 et 1.000 personnes ont manifesté samedi à Bastia en soutien à quatre marins syndicalistes corses

Ces derniers seront jugés en novembre à Marseille pour avoir détourné en 2005 un navire de la SNCM dont ils dénonçaient la privatisation.

Une quarantaine de syndicats, associations et personnalités politiques ont pris part au défilé, dont Olivier Besançenot (NPA). La manifestation s'est déroulé dans le calme.

"Nous demandons la relaxe pour les quatre marins du Pascal Paoli et dénonçons la montée de la répression anti-syndicaliste un peu partout", a déclaré à l'AFP André Paccou, représentant en Corse de la ligue droits de l'Homme (LDH). "Pour nous, il y a un lien entre cette répression et la remise en cause des acquis sociaux", a-t-il ajouté.

De son côté Alain Mosconi, secrétaire général du STC-marins, qui comparaîtra avec trois collègues les 19 et 20 novembre devant le tribunal correctionnel de Marseille, a affirmé: "Passer en procès pour un acte syndical est une antinomie dans une société démocratique".

Les syndicalistes seront jugés pour séquestration de personnes lors du détournement en octobre 2005 du cargo mixte Pascal Paoli dans le port de Marseille, alors en grève contre la privatisation de la Société Nationale Corse Méditerranée (SNCM).

Interrogé sur les conséquences d'une éventuelle condamnation, M. Besancenot a déclaré: "quand on veut faire un exemple, soit vous passez en force et vous écrasez tout le monde, soit vous énervez un peu plus les gens et poussez les luttes à se radicaliser plus encore".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.