Cet article date de plus de trois ans.

Paris : plusieurs services d'urgence se mettent en grève illimitée

Les infirmiers et aides-soignants demandent une amélioration de leurs conditions de travail et une augmentation des salaires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris, le 21 septembre 2016. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / ANADOLU AGENCY)

Une grève sans fin. A partir du dimanche 14 avril, les infirmiers et aides-soignants de quatre services d'urgence parisiens (Lariboisière, Pitié-Salpêtrière, Saint-Louis et Tenon) vont rejoindre leurs collègues de Saint-Antoine pour une grève illimitée, rapporte Le Monde, samedi 13 avril. Ils demandent une amélioration de leurs conditions de travail et des augmentations de salaire.

La grève a reçu le soutien des syndicats SUD et CGT. Les organisateurs espèrent que le mouvement sera suivi par les vingt autres services d'accueil d'urgence (SAU) du groupe et assurent que le mouvement ne devrait pas affecter la prise en charge des patients. Les grévistes se sont organisés de manière à assurer une continuité des soins, précise Le Monde.

Une fréquentation en hausse de 3% par an

Parmi les revendications des soignants : le manque d'effectifs et la dégradation des conditions de travail. Alors que la fréquentation des services de l'AP-HP a augmenté d'environ 3% par an ces dernières années, le nombre de soignants lui n'a pas augmenté. Le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsh, a promis, dans une lettre envoyée aux syndicats le 9 avril, qu'un groupe travaillerait à établir un ratio entre le nombre de patients et le nombre de paramédicaux. Quarante-cinq "emplois supplémentaires" ont aussi été promis, à répartir entre les 25 services.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.