Montpellier : la faculté de droit théâtre de violences

Le doyen de la faculté de droit de Montpellier (Hérault) a démissionné. Une annonce qui intervient 48 heures après l'irruption d'hommes cagoulés violents dans un amphithéâtre de l'université occupé par des étudiants.

Voir la vidéo
France 2

Des hommes cagoulés frappant avec des bâtons en bois, la scène se passe dans un amphithéâtre de la faculté de droit de Montpellier (Hérault) jeudi 22 mars au soir. Une centaine d'étudiants venus protester contre la réforme de l'accès à l'université se font violemment expulser. Officiellement, personne ne sait qui sont ces hommes cagoulés. Mais pour beaucoup ce sont d'autres étudiants, opposés aux grévistes. Il y a plusieurs blessés.

Deux enquêtes en cours

Très vite, les étudiants accusent le doyen de la faculté, présent sur place, d'avoir laissé faire cette évacuation musclée. Au lendemain des violences, plusieurs plaintes sont déposées et l'établissement fermé. Le doyen de la faculté affirme ne pas avoir laissé entrer les hommes cagoulés, mais refuse de condamner leurs actes. Philippe Pétel a finalement remis sa démission. Deux enquêtes ont été ouvertes, l'une administrative et l'autre judiciaire, afin de déterminer les différentes responsabilités.

Le JT
Les autres sujets du JT
La faculté de droit de Montpellier (Hérault).
La faculté de droit de Montpellier (Hérault). (CAPTURE D'ÉCRAN GOOGLE)