5G : les antennes relais prises pour cible

Le déploiement de la 5G provoque la colère. Au moins une cinquantaine d’antennes relais ont d’ores et déjà été dégradées ou incendiées sur le territoire.

France 2

Durant le confinement déjà, plusieurs antennes relais de la 5G ont été volontairement endommagées. Mais qui se cache derrière ces opérations, et que révèlent-elles ? En quelques semaines, quatre antennes ont été détruites à Toulouse (Haute-Garonne). Des actes revendiqués sur un site anarchiste. "Les revendications sont très généralistes, c’est de l’anticapitalisme", résume Christophe Miette, chargé de mission police judiciaire au SCSI-CFDT.

Une dégradation par jour

Ces groupuscules contre la société visent à déstabiliser l’État. Fin mars, un appel à  s’en prendre à ces antennes a été relayé sur des sites proches de l’ultragauche. Au total, en trois mois, plus d’une cinquantaine d’antennes ont été prises pour cibles partout en France. Avec quasiment une dégradation par jour pendant le confinement. Si la surveillance est active, il est difficile d’en savoir beaucoup sur les auteurs de ces actes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des techniciens installent des relais téléphoniques sur le toit d\'un immeuble, à Paris.
Des techniciens installent des relais téléphoniques sur le toit d'un immeuble, à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)