Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Un projet de RTE dans les Landes sous haute tension

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Oeil - projet haute tension
Oeil - projet haute tension Oeil - projet haute tension (Oeil - projet haute tension)
Article rédigé par L'Oeil du 20 heures
France Télévisions

Relier les réseaux électriques de la France et de l’Espagne pour sécuriser le marché et échanger plus d’énergie, c’est la promesse du projet de RTE, dans le golfe de Gascogne, sur un tracé de 400km. Des lignes à très haute tension enfouies en mer, avec un petit détour sous la terre. 5000 MW d’énergie transportée, soit la consommation de cinq millions de foyers qui inquiètent certains riverains pour l’environnement leur santé.

Le tracé de la future ligne d’interconnexion entre la station de Cubnezais en Gironde, et celle de Gatika, en Espagne contourne le Gouf de Capbreton, un canyon sous-marin très profond. Cinq communes des Landes seront ainsi traversées par les câbles électriques.

Pour enfouir la ligne sous terre, un hectare et demi de forêt devraient être rasées, notamment pour creuser des tranchées. Comme dans ce bois, à proximité d’un quartier résidentiel. Les arbres marqués en rouge, se situent sur le tracé.

Pour Pierrick Durand, membre du collectif Stop THT Landes, la décision a été prise disent-ils, au mépris de l’environnement : "là vous êtes dans ce que l’on appelle une zone de grande biodiversité. Quand on a vu ça on s’est dit “génial ça va être protégé!” ben en fait non".

Le projet a reçu un avis favorable de la commission d'enquête publique en février dernier. Cinq mois plus tôt pourtant, une étude environnementale consultative, menée par le Conseil national de protection de la nature écrivait  :

“Une sous-évaluation globale des enjeux, et des impacts [...] en milieu terrestre.Et “Des mesures [...] de compensation très insuffisantes, qui ne permettent pas de répondre à l’objectif d’absence de perte nette de la biodiversité.”

La future ligne souterraine à très haute tension passera à proximité de camping, de pistes cyclables, et parfois à moins de 100m d’habitations, comme celle de ce couple, à Capbreton.

De quoi interroger les habitants

Cette famille a acheté cette maison et ce terrain pour y installer une ferme il y a 3 ans. A l’époque, ils ignoraient tout du projet. Ils ont découvert que la ligne passerait tout près de leur parcelle. A un peu plus d’un mètre sous terre, 400 000 volts circuleront en continu.

Ugo Marechal, le propriétaire de la ferme de Campan s'indigne : “on a 400 000 volts sous les pieds, pour moi c’est inconcevable”.

Les champs magnétiques générés par les lignes à très haute tension ont t-ils des effets sur l’Homme ? Lors d’une réunion publique, en avril 2021, des habitants s’interrogent sur une directive européenne évoquant de possibles interférences sur les personnes porteuses de stimulateur cardiaque.

Pour les porteurs de stimulateurs cardiaques, il y a effectivement, vous avez tout à fait raison, un niveau de protection qui est abaissé.

Un expert RTE

à l'Œil du 20 heures

Contacté, le directeur du projet de RTE précise que le risque est théorique avec des champs magnétiques beaucoup plus puissants. Mais le danger serait ici inexistant pour la population :

“Sur l’aspect sanitaire de notre projet, nous sommes très sereins, il existe des seuils réglementaire. Au dessus de notre liaison nous sommes plus de mille fois en dessous de ces seuils”.

Aucun risque pour la population, ni pour la biodiversité, c’est aussi ce qu’affirme la préfecture des Landes. La mairie de Capbreton demande de son côté une modification du tracé, pour éloigner les lignes souterraines des quartiers résidentiels. Une alternative actuellement étudiée par RTE.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.