Mayotte : Gerald Darmanin confirme l'opération "Wuambushu" contre la délinquance et l'immigration illégale

Dans une interview au "Figaro", le ministre de l'Intérieur annonce l'envoi de "510 membres des forces de l'ordre" dans le 101e département français.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un habitant d'un bidonville près de Koungou, à Mayotte dans l'océan Indien, le 19 février 2023. (MARION JOLY / AFP)

C'est la fin du flou entretenu autour de "Wuambushu". Dans une interview au Figaro publiée jeudi 20 avril, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin confirme la tenue prochaine de cette opération contre la délinquance et l'immigration illégale à Mayotte. C'est la première fois que le locataire de la Place Beauvau s'exprime publiquement sur le sujet, depuis les révélations du Canard enchaîné en février.

>> Mayotte : que sait-on de l'opération "Wuambushu" contre l'immigration illégale ?

Gérald Darmanin a confirmé l'envoi ces derniers jours sur l'île de "quatre escadrons de gendarmes mobiles, des policiers de la CRS-8, spécialistes de la lutte contre les violences urbaines, au total 510 membres des forces de l'ordre". Mais le ministre ne se prononce pas sur une date de début d'engagement de ces forces dans le 101e département français, situé à mi-chemin entre Madagascar et l'Afrique.

Expulsion vers les Comores

Baptisée "Wuambushu", qui peut vouloir dire en mahorais "reprise" comme "poil à gratter", l'opération prévoit de "redoubler d'activité" contre la délinquance locale, assure le ministre de l'Intérieur. Au total, "une quarantaine de bandes criminelles organisées" ont été recensées à Mayotte, déclare-t-il dans Le Figaro.

L'objectif est également d'expulser les migrants illégaux, majoritairement originaires de l'archipel voisin des Comores, installés dans des quartiers particulièrement insalubres, appelés "bangas". Plusieurs associations, dont la Ligue des droits de l'homme, se sont inquiétées que "la France place ainsi des mineurs dans des situations de vulnérabilité et de danger intolérables".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.