Cet article date de plus d'onze ans.

Les téléphones d'urgence ont déjà permis de sauver 70 femmes en France

Le dispositif arrive à Paris et doit être présenté vendredi en présence de la ministre des Droits des femmes.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Près de 2,5 millions de femmes sont victimes de violences conjugales en France, selon l'association Solidarité femmes. (SEAN MURPHY / GETTY IMAGES)

Ils étaient expérimentés en Seine-Saint-Denis depuis 2009, expliquait 20 Minutes.fr. Les téléphones portables d'urgence pour femmes victimes de violences conjugales arrivent à Paris. Ils doivent être présentés, vendredi 13 juillet, dans la capitale en présence de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. FTVi revient sur les premiers résultats de ce dispositif d'alerte.

En quoi consiste ce portable d'urgence ?

Il permet à des femmes battues par leur conjoint "de prévenir les services de police et d'obtenir leur intervention rapide à l'aide d'un téléphone portable connecté à un circuit spécifique", indique la ville de Paris. Il suffit d'appuyer sur un bouton pour donner l'alerte.

• Qui est concerné ?

Les téléphones "seront attribués par décision du parquet à des femmes victimes de violences conjugales et qui ont porté plainte", précise la région Ile de France qui finance une partie du dispositif. D'après les chiffres nationaux de l'association Solidarité femmes, le nombre de femmes victimes de violences conjugales est estimé à près de 2,5 millions de personnes. Parmi ces victimes, seules 9% ont indiqué avoir porté plainte en 2011, selon l'association.

• Quel bilan ?

Ce système d'alerte est déjà très répandu en Espagne où il a été mis en place en 2005. "Ce qui se fait en Espagne est éloquent, exemplaire et va nous permettre d'avancer à notre tour", avait déclaré en 2009 le député UMP Guy Geoffroy, lors de son déplacement à Madrid, le 23 novembre, où il accompagnait la secrétaire d'Etat Nadine Morano, rapportait alors Le Point.

La France comptait généraliser le dispositif s'il était concluant, ce qui semble avoir été le cas. Dans l'Hexagone, près de 70 femmes au total ont été sauvées, alors que le système est testé en Seine-Saint-Denis depuis 2009 et dans le Bas-Rhin depuis 2011. A Strasbourg, il a notamment permis de sauver une femme de 46 ans en novembre 2011, comme le rapporte Europe 1. Elle a pu alerter la police et échapper à son mari qui venait de sortir de prison et cherchait à l'assassiner. 

• Quelles évolutions ?

En Espagne, les téléphones sont couplés à un système de bracelet électronique, empêchant les auteurs de violences conjugales d'approcher trop près de leur victime . Le Point notait qu'ils semblaient être plus efficaces que les portables. La France n'a pas choisi ces bracelets dès l'origine mais a commencé à les expérimenter en 2012. Le dispositif est en phase de test à Aix-en-Provence, Amiens et Strasbourg depuis le mois de mars, rapporte Europe 1. L'appareil est équipé d'un système de GPS, et est porté à la fois par le conjoint violent et sa victime. Si les deux conjoints sont dans le même périmètre, l'alerte est lancée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.