Cet article date de plus de huit ans.

Les sympathisants syndicaux ont un faible pour Hollande

Lors du 1er tour de la présidentielle, 43% des salariés proches d'au moins un syndicat ont voté pour le candidat socialiste, selon une étude d'Harris Interactive pour le magazine "Liaisons sociales".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Hollande lors du congrès annuel de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, à Montpellier (Hérault), le 29 mars 2012. (PASCAL GUYOT / AFP)

François Hollande, chouchou des sympathisants syndicaux. Dimanche 22 avril, lors du 1er tour de la présidentielle, 43% des salariés proches d'au moins un syndicat ont voté pour le candidat socialiste, soit 14 points de mieux que son score national. C'est ce qu'indique un sondage d'Harris Interactive (en PDF) pour le magazine Liaisons sociales, rapporte Le Figaro.

Dans le détail, François Hollande a été choisi par 56% des sympathisants de la CFDT. Du côté de la CGT, 44% ont opté pour le candidat socialiste alors que 39% se sont tournés vers Jean-Luc Mélenchon.

Sarkozy séduit les proches du Medef

Quant à Nicolas Sarkozy, il est le candidat des sympathisants de la CFTC et de la CFE-CGC, avec 42% et 53% des voix récoltés respectivement chez eux. Mais le président candidat a surtout séduit les personnes proches des syndicats patronaux comme le Medef ou la CGPME : trois quarts d'entre elles l'ont choisi au premier tour.

Marine Le Pen a elle attiré les voix d'un électeur sur quatre se disant proche de Force ouvrière. La candidate du Front national a également été le choix de 22% des salariés non syndiqués, contre 32% pour Sarkozy.

Enquête réalisée en ligne dimanche 22 avril 2012 en journée. Echantillon de 2 935 inscrits sur les listes électorales, issu d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l'access panel Harris Interactive. Méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l'interviewé(e), redressement sur le vote au premier tour de l'élection présidentielle de 2012.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.