Cet article date de plus de cinq ans.

Les grands centres commerciaux font du tort aux petits magasins

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Les grands centres commerciaux font du tort aux petits magasins
Article rédigé par
France Télévisions
Les magasins du centre-ville de Marseille (Bouches-du-Rhône) sont désertés à cause des grands centres installés dans, et autour de la ville. France 2 fait le point sur cette situation en direct de la zone commerciale de Plan de Campagne.
 
Les zones de commerces sont désormais les endroits privilégiés par les Français pour faire leurs courses. "Pour bien comprendre l'essor des grands centres commerciaux en France, il faut faire un saut dans le passé. Cinquante ans en arrière, à l'endroit où je me trouve, il n'y a que des champs, des terres agricoles et une autoroute en construction. C'est là qu'un entrepreneur va avoir le nez creux. Il va s'inspirer des premiers centres commerciaux qui ont vu le jour dix ans plus tôt aux États-Unis et il va recopier ce schéma ici", explique Ambroise Bouleis en direct de la zone de Plan de Campagne (Bouches-du-Rhône). Ce parc d'activité est désormais le premier de France.

Moins de monde dans les petits magasins

Plan de Campagne compte 20 hectares de boutiques et 480 enseignes. Une zone complète qui pose problème aux petits commerçants du centre de Marseille. "Assurément, il y a eu un report de consommation. Les Français ont pris l'habitude de faire leurs courses dans ces zones commerciales périurbaines, d'autant qu'elles savent se mettre en valeur en proposant de nouveaux concepts. (...) Cela dit, les enseignes affirment qu'elles ne sont pas en concurrence avec les centres-ville. Elles proposent, selon elles, des services différents, complémentaires", indique Ambroise Bouleis sur France 2. "Une chose est sûre : si le commerce se porte un peu moins bien aujourd'hui, c'est aussi une conséquence de la crise et du développement du commerce en ligne qui affecte les petits comme les grands", conclut le journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.