Cet article date de plus de six ans.

La justice rejette le référé contre la suppression du menu sans porc à Chalon-sur-Saône, annonce le maire

Une association, la Ligue de défense judiciaire des musulmans, avait déposé un recours contre la décision du maire de revenir au menu unique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire de Chalon-sur-Saône prononce un discours lors d'une réunion des maires UMP à Paris, le 11 mars 2015. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Les enfants de Chalon-sur-Saône n'auront plus de menu de substitution. Le recours en référé contre la suppression du menu sans porc dans les cantines de la ville a été rejeté jeudi 13 août par le tribunal administratif de Dijon, a annoncé le maire (Les Républicains) de la commune, Gilles Platret.

Saisi en référé par la Ligue de défense judiciaire des musulmans présidée par l'avocat controversé Karim Achoui, le tribunal "vient de rejeter le recours dirigé contre la fin des menus de substitution à Chalon. Première victoire pour la laïcité !" a écrit Gilles Platret sur son compte Twitter.

En mars, au moment d'annoncer sa décision, le maire de Chalon-sur-Saône avait estimé que "cette pratique [avait] fait du mal au principe de la laïcité". Son choix, soutenu par Nicolas Sarkozy, a été dénoncé par l'ensemble de la gauche, mais aussi par d'autres élus UMP, comme Edouard Philippe, le maire du Havre (Seine-Maritime) et proche d'Alain Juppé.

Dans sa décision, dont l'AFP a obtenu copie, le tribunal a considéré que, dans la mesure où aucun repas contenant du porc ne sera servi avant le 15 octobre, "l'accès aux services de restauration scolaire de l'ensemble des usagers, y compris les enfants de confession musulmane, ne paraît pas compromis". La condition d'urgence, qui justifie la procédure en référé, "n'apparaît dès lors pas remplie", ajoute-t-il.

Une procédure a également été engagée sur le fond, mais elle ne devrait pas être plaidée avant plusieurs mois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.