Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, s'est défendu lundi d'une dépense excessive pour un jet

Le site d'informations Mediapart a révélé qu'il avait loué un jet privé pour 116.500 euros afin de participer à une conférence internationale à la Martinique."Le ministre avait des rendez-vous le lundi 22 mars après-midi et ne pouvait partir qu'en soirée", a fait valoir à l'AFP son entourage.

Le secrétaire d\'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet.
Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet. (AFP - Pierre Verdy)

Le site d'informations Mediapart a révélé qu'il avait loué un jet privé pour 116.500 euros afin de participer à une conférence internationale à la Martinique.

"Le ministre avait des rendez-vous le lundi 22 mars après-midi et ne pouvait partir qu'en soirée", a fait valoir à l'AFP son entourage.

"Le ministère français des Affaires étrangères avait en charge la présidence de la journée de la conférence le mardi 23 mars, ce qui imposait une présence toute la journée", a-t-on ajouté de même source.

Voulue par le président français Nicolas Sarkozy, une conférence sur la reconstruction de Haïti organisée à la Martinique a réuni, le 23 mars, quelque 150 représentants de villes et régions d'une dizaine de pays.

Présence impérative lors du conseil des ministres
Le recours à un avion privé était la seule solution pour qu'Alain Joyandet puisse assister à l'ensemble de la réunion et être à temps à Paris pour le Conseil des ministres du lendemain, "le premier après un remaniement où la présence de tous les ministres est requise", a précisé la même source.

"Le recours à un avion gouvernemental, facturé au ministère des Affaires étrangères, aurait coûté à peu près 100.000 euros et il fallait le prévoir à l'avance", a aussi précisé l'entourage du secrétaire d'Etat, en rappelant les spéculations à l'époque sur le remaniement.

Selon Mediapart, le secrétaire d'Etat est parti le 22 mars à 18h56 de l'aéroport du Bourget, près de Paris, à bord d'un Falcon 7X loué à la compagnie portugaise Masterjet (n° de vol LMJ 322). Il est revenu de Fort-de-France dans la nuit du lendemain.

Plusieurs compagnies, dont Air France, assurent des vols réguliers vers la Martinique.