Cet article date de plus de dix ans.

Le PS et Europe Ecologie sur le point de trouver un accord électoral

Selon Le Monde, le Parti socialiste et les écologistes doivent signer le 2 novembre un accord qui permettrait une alliance après la présidentielle, en cas de victoire de François Hollande.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La secrétaire générale d'Europe Ecologie Les Verts, Cécile Duflot (à gauche) et la candidate du parti à la présidentielle, Eva Joly, le 15 octobre 2011 à Rennes (Ille-et-Vilaine). (DAMIEN MEYER / AFP)

Socialistes et écologistes seraient proches d'un accord électoral. Selon Le Monde daté du samedi 29 octobre, des groupes de travail se retrouveront mercredi 2 novembre pour ajuster les points de programme, mais des compromis ont déjà été négociés.

Les deux partis n'envisagent pas de "sortie" du nucléaire, mais bien des fermetures de centrales. Parmi les autres arrangements, on trouve l'introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives et le soutien du PS à la constitution d'un groupe Europe Ecologie Les Verts (EELV) à l'Assemblée nationale, possible à partir de quinze députés.

"Pas si incompatibles" sur le nucléaire

Les mots aigres échangés entre les deux partis pendant la primaire socialiste semblent donc oubliés. Même si les Verts, et notamment leur secrétaire nationale Cécile Duflot, avaient une préférence pour la candidate Martine Aubry, François Hollande a su les séduire en s'engageant à réduire de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans la production d'énergie électrique d'ici à 2025. 

"Est-ce que la position de François est aujourd'hui compatible avec leur objectif de sortie du nucléaire ?" commente dans le quotidien le député PS Michel Sapin, proche du candidat socialiste. "Les écologistes ont un peu réfléchi. Et ils ont l'air de découvrir que le scénario n'est peut-être pas aussi incompatible qu'ils pouvaient le croire." Le PS a toutefois dû concéder la fermeture de quelques centrales, peut-être une demi-douzaine, parmi les plus anciennes, comme celle de Fessenheim (Haut-Rhin).

Quinze circonscriptions au lieu de trois actuellement

"Le PS, dans les négociations, a certainement bénéficié de la dynamique créée par la désignation de François Hollande, ainsi que de l'affaiblissement des intentions de vote pour Eva Joly, analyse Le Monde. EELV ne voulait pas prendre le risque d'attendre le soir du premier tour de la présidentielle pour imposer ses vues. Mais les écologistes ne sont pas les seuls à avoir fait d'importantes concessions."

"Le principe d'une dose de proportionnelle est acquis, indique Michel Sapin. La question, c'est comment on la quantifie." Les négociations promettent d'être ardues, dans la mesure où la modification du mode de scrutin ne peut être effectif qu'aux législatives de 2017.

En attendant, explique Le Monde, les deux alliés ont à trancher la question des circonscriptions concédées par les socialistes aux écologistes pour les législatives de juin 2012. Le staff de Martine Aubry en avait promis une trentaine. L'équipe de François Hollande ne garantit plus aux Verts qu'un groupe parlementaire, soit quinze circonscriptions. EELV, pourtant, se montre déjà satisfait de passer de trois députés à un groupe. Le détail des circonscriptions en négociation est, lui, resté secret.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.