Le nombre d'enfants placés en centres de rétention administrative (CRA) a doublé en cinq ans

Il est passé de 165 en 2004 à 318 en 2009, a affirmé mercredi Patrick Peugeot, président de la Cimade, en présentant le rapport annuel 2009 de l'association.Ces enfants sont enfermés avec au moins un de leurs parents, pour une durée de 2 à 32 jours, a-t-il ajouté, précisant que la durée moyenne de rétention d'une famille en CRA est de 5 jours.

Un centre de rétention près de Lyon
Un centre de rétention près de Lyon (AFP/JEFF PACHOUD)

Il est passé de 165 en 2004 à 318 en 2009, a affirmé mercredi Patrick Peugeot, président de la Cimade, en présentant le rapport annuel 2009 de l'association.

Ces enfants sont enfermés avec au moins un de leurs parents, pour une durée de 2 à 32 jours, a-t-il ajouté, précisant que la durée moyenne de rétention d'une famille en CRA est de 5 jours.

Le rapport 2009 de la Cimade sur la situation dans les CRA est le dernier puisque depuis le 1er janvier 2010, l'association n'a plus "le monopole" de l'assistance aux étrangers en situation irrégulière dans les CRA, qui ont été répartis entre 5 associations (Association Service Social Familial Migrants-ASSFAM, Cimade, Forum Réfugiés, France Terre d'Asile, Ordre de Malte France).

Pour l'année 2009, 29.013 personnes sont passées par des CRA, de 154 nationalités différentes, avant leur reconduite aux frontières. Les plus nombreux venaient d'Afrique du nord : 3.731 Algériens (12,83%), 3.545 Marocains (12,22%), 3.222 Tunisiens (11,11%). La Cimade a également dénombré 1.149 Chinois (3,96%), 885 Afghans (3,43%), 587 Roumains (2,02%)

Patrick Peugeot s'est dit inquiet des conséquences de la loi sur l'immigration qui prévoit notamment l'allongement de la durée maximum de rétention des immigrés en situation irrégulière, qui passerait de 32 à 45 jours, l'intervention d'un juge auprès de l'étranger placé en CRA qui pourrait intervenir au bout de 5 jours au lieu de 2 actuellement.

La Cimade a réuni une série de témoignages sur la vie et le fonctionnement des CRA, faits par une trentaine de personnes travaillant dans ces centres, qui sont publiés sous le titre "Chroniques de rétention - 2008-2010" (Actes Sud, 366 pages, 24,50 euros).