Le fils de la maire d'Avignon a-t-il bénéficié d'un emploi fictif à l'Assemblée ?

Jean-Christophe Roig, fils de l'ex-députée UMP du Vaucluse, a été employé pour 5 000 euros par mois au palais Bourbon. D'anciens collaborateurs disent cependant ne jamais l'avoir croisé.

La maire d\'Avignon, Marie-Josée Roig, inaugure des travaux dans la ville de Villeneuve-lès-Avignon (Gard), le 1er juin 2013.
La maire d'Avignon, Marie-Josée Roig, inaugure des travaux dans la ville de Villeneuve-lès-Avignon (Gard), le 1er juin 2013. ( MAXPPP)

Scandale en vue pour la maire d'Avignon ? Selon plusieurs médias, Marie-Josée Roig, ancienne députée UMP du Vaucluse, a employé son fils à l'Assemblée nationale lorsqu'elle était au palais Bourbon, entre 2007 et 2012. Mais la nature de cet emploi interroge. Francetv info revient sur cette affaire. 

Que reproche-t-on à Marie-Josée Roig ? 

Selon l'hebdomadaire gratuit Avi Citylocalnews, Jean-Christophe Roig, fils de l'ancienne députée du Vaucluse, a occupé un poste d'assistant parlementaire auprès de sa mère entre 2007 et 2012. Jusque là, rien d'incroyable.

Le magazine s'étonne tout de même du salaire mensuel brut de 5 208,99 euros versé au fils pendant cinq ans. Jean-Christophe Roig aurait également touché des primes "de 2 000 euros tous les six mois" et des indemnités avoisinant les 20 000 euros liées à son licenciement. 

Le tout pour des "fonctions fantomatiques". D'anciens proches collaborateurs de la maire d'Avignon assurent en effet n'avoir jamais croisé Jean-Christophe Roig dans les couloirs de l'Assemblée. "Jean-Christophe Roig n'a jamais travaillé à l'Assemblée nationale", indique ainsi Fabien Strack, ancien directeur de cabinet de Marie-Josée Roig. Nombreux sont ceux qui dénoncent "un emploi fictif".  

Que répond la maire d'Avignon ? 

"Oui, j'ai aidé mon fils", s'exclame Marie-Josée Roig dans les colonnes du Dauphiné libéré. "Il faut se faire une raison. Quand on est mère, on aime ses enfants. Je n’ai pas honte. Mon fils était sans travail, je l’ai aidé comme je l’aurais fait pour d’autres ! Avec tous les mandats que j’ai eus, j’aurais pu le caser ailleurs", explique-t-elle. 

Elle réfute toutefois le terme d'emploi fictif : "Il faisait la relation avec mon assistant parlementaire à Paris. Il m’accompagnait régulièrement à Paris et faisait remonter les demandes d’Avignonnais, il les rédigeait." Selon son directeur de cabinet, Alexis Serina, Jean-Christophe Roig était notamment chargé d'une "mission de conseil auprès de sa mère députée".

Et d'ajouter : "Marie-Josée Roig en tant que députée a pris son fils comme assistant parlementaire, comme le font beaucoup de députés, en raison de la proximité évidente qu'ils ont tous les deux, du lien de confiance qu'une mère peut avoir avec son fils. Il n'y a rien d'extraordinaire et rien d'illégal".