Le chef d'Etat a renouvelé jeudi soir sa confiance dans la ministre de l'Outre-Mer au centre d'une polémique

"J'ai grande confiance en Marie-Luce Penchard", a déclaré jeudi soir Nicolas Sarkozy devant 2.000 personnes, lors d'une réunion publique à Cayenne.Si la mise au point clôt la polémique, elle intervient cependant au terme d'une tournée éclair qui a conduit le Président en moins de 48h de Haïti à la Guyane française en passant par la Martinique.

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi vouloir faire de la Guyane le centre de \"préparation\" en vue des JO de Rio.
Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi vouloir faire de la Guyane le centre de "préparation" en vue des JO de Rio. (AFP/DOMINIQUE FAGET)

"J'ai grande confiance en Marie-Luce Penchard", a déclaré jeudi soir Nicolas Sarkozy devant 2.000 personnes, lors d'une réunion publique à Cayenne.

Si la mise au point clôt la polémique, elle intervient cependant au terme d'une tournée éclair qui a conduit le Président en moins de 48h de Haïti à la Guyane française en passant par la Martinique.

rkozy

A son arrivée mercredi en Martinique, Nicolas Sarkozy s'était tu et avait laissé sa ministre s'expliquer sur le tarmac de l'aéroport. Marie-Luce Penchard avait alors dénoncé une "tentative de déstabilisation" et déclaré que ses propos avaient été sortis de leur contexte et qu'elle ne les avait tenus qu'au titre de son mandat électif et non en qualité de ministre.

Jeudi matin, avant un discours devant les forces politiques, économiques et sociales de Martinique à Fort-de-France, Nicolas Sarkozy a dit à des journalistes qu'il avait "autre chose à faire que polémiquer".

Une visite politique
Le président de la République, qui a souhaité qu'un projet de loi définissant le nouveau cadre institutionnel de la Martinique soit déposé fin 2010 devant le Parlement, pour être voté "au cours du premier semestre 2011", s'est déclaré "satisfait du choix des Martiniquais", lors d'un discours dans la salle de l'Atrium, en présence de centaines de personnes: "Vous êtes en avance sur la réforme des collectivités territoriales qui est en train d'être votée en métropole", leur a-t-il réaffirmé.

Les électeurs martiniquais et guyanais ont été appelés deux fois aux urnes ces dernières semaines. Le 11 janvier, ils ont dit "non" à une autonomie accrue (à 78,9% en Martinique et 69,8% en Guyane). Lors d'un second référendum, le 24 janvier, ils ont cette fois répondu "oui" à une collectivité unique (57,48% en Guyane, 68,3% en Martinique), ce qui a fait dire au président Sarkozy que ces deux départements ultra-marins étaient "en avance sur la métropole", où la réforme territoriale est très controversée, à gauche mais aussi à droite. Dans la réforme proposée par le gouvernement, les conseillers généraux et régionaux doivent céder la place aux conseillers territoriaux à partir de 2014.

A Haïti, ravagé par un tremblement de terre (217.000 morts), Nicolas Sarkozy a annoncé une enveloppe d'aide sur deux ans de 326 millions d'euros, dont l'annulation de la dette bilatérale (56 millions d'euros). , la première jamais effectuée par un président français depuis l'indépendance de cette ancienne colonie française (1804), a été qualifiée d"historique" par le président haïtien René Préval. En arrivant en Martinique mercredi après-midi, Nicolas Sarkozy a tenu à rendre hommage à tous ceux qui ont aidé les victimes du séisme de Haïti. Il s'est également rendu au chevet d'enfants haïtiens soignés au CHU de Fort-de-France.