La plongée sous-marine, une activité pas sans danger

Quelque cinquante accidents de plongée sont mortels chaque année en France. France 2 se penche sur les caractéristiques de cette activité prisée en période estivale.

FRANCE 2

Avec l'été, elle fait partie des activités les plus prisées à la mer. La plongée sous-marine n'est pourtant pas une activité à prendre avec légèreté. Ce week-end, un plongeur est mort dans les eaux de Marseille (Bouches-du-Rhône).
Pour sa première plongée, Lucas, 11 ans, est attentif. Première étape : vérifier son matériel, avec l'aide du moniteur et de son grand-père Lionel. Le jeune vacancier ne descendra qu'à six mètres de profondeur où les risques sont minimes.

Être en forme

En revanche, plus bas, le moment critique est la remontée. Il faut respecter des paliers de décompression. L'exercice demande une certaine forme. "Ceux qui n'ont pas assez de condition physique vont aller un peu loin et vont souvent s'essouffler et se noyer ou faire un arrêt cardiaque en surface, avant d'arriver au fond", explique à France 2 Sébastien Tinard, moniteur.
La plongée sous-marine ne doit jamais se pratiquer seul. Chaque année, on dénombre 350 accidents en France. Une cinquantaine sont mortels.

Le JT
Les autres sujets du JT