La bourde qui pourrait gêner l'élection de Guéant à Boulogne-Billancourt

Selon "Le Point", le maire UMP de la ville a envoyé à ses administrés une déclaration de candidature aux législatives de Claude Guéant, sur un papier à en-tête du ministère, ce que la loi interdit.

Le ministre de l\'Intérieur, Claude Guéant, lors d\'une conférence de presse à Paris, le 14 décembre 2011.
Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, lors d'une conférence de presse à Paris, le 14 décembre 2011. (WITT / SIPA)

Le courrier du maire UMP de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), Pierre-Christophe Baguet, a tout d'une bourde monumentale. Présentant ses vœux aux Boulonnais, le député sortant y adoube officiellement Claude Guéant pour les législatives de juin. Révélée par Le Point.fr jeudi 5 janvier, la lettre est accompagnée d'une déclaration paraphée par Claude Guéant.

Dans ce document d'une page et demie, à en-tête du ministère de l'Intérieur et mis en ligne par le site de l'hebdomadaire (en PDF), Claude Guéant expose ses motivations à être candidat à Boulogne. Problème, souligne Le Point.fr, l'un de ses conseillers assure qu'"aucune lettre n'a été envoyée" aux Boulonnais, et le ministre envisagerait donc de porter plainte pour usurpation d'identité. 

La crainte d'une invalidation

En fait, l'auteur de cette énorme maladresse serait... Pierre-Christophe Baguet. Pour appuyer son propos, le maire de Boulogne aurait en effet décidé de reproduire et de joindre la déclaration du ministre initialement destinée à l'Agence France-Presse uniquement.

Selon Le Point.fr, "le ministère de l'Intérieur attend un rectificatif de la part du maire de Boulogne-Billancourt". Car au moment de l'élection, rappelle le site du magazine, "n'importe lequel des candidats à Boulogne pourra saisir le Conseil d'Etat, qui pourrait invalider l'élection du ministre de l'Intérieur pour avoir publiquement évoqué sa candidature sur un document portant le symbole de l'Etat". Selon un avocat spécialiste en droit électoral contacté par FTVi, ce risque d'invalidation serait d'autant plus fort si l'écart des voix entre les concurrents était faible.

Contacté par Le Point.fr, Pierre-Christophe Baguet assure pourtant avoir eu l'aval de Claude Guéant. Et précise avoir payé l'imprimeur et la distribution du courrier en utilisant ses fonds personnels. Contacté jeudi en fin de journée par FTVi, le cabinet de Claude Guéant maintient néanmoins que Pierre-Christophe Baguet a joint ce courrier sans en avoir informé le ministre.