Hérault : le maire de Lunel appelle l’État à "empêcher le retour de ceux partis faire le jihad"

Claude Arnaud, maire de Lunel, a envoyé une lettre à ses administrés ainsi qu'au préfet de l'Hérault, aux parlementaires de la circonscription, pour demander aux pouvoirs publics d’empêcher "les mouvements fondamentalistes islamiques de prospérer librement" dans la ville.

Claude Arnaud, maire de Lunel (Hérault), le 22 janvier 2015.
Claude Arnaud, maire de Lunel (Hérault), le 22 janvier 2015. (MAXPPP)

Face à la radicalisation islamiste, le maire de Lunel, dans l’Hérault, lance un appel solennel à l’État. Dans une lettre à 13 000 de ses administrés, envoyée la semaine dernière et consultée par France Bleu Hérault, Claude Arnaud demande aux pouvoirs publics d’empêcher "les mouvements fondamentalistes islamiques de prospérer librement" sur sa commune et "le retour à Lunel et sur le territoire national des Lunellois qui sont partis faire le jihad".

Lunel est durement touchée par les conséquences de l'islam radical et rigoriste, porte d'entrée vers le terrorisme islamique.Claude Arnaud
maire de Lunel
dans un courrier

Dans ce courrier, également transmis au préfet de l’Hérault, Claude Arnaud rappelle qu'"à Lunel, nous avons une communauté musulmane radicalisée importante". Une situation qui ne dérange pas l'élu. "Jusque-là... pourquoi pas ? Sauf qu'à un moment donné, c'est la porte ouverte aux dérives terroristes. Un jour il faudra avoir le courage de prendre certaines mesures", affirme le maire.

En 2013 et 2014, une vingtaine de jeunes de la ville sont partis pour la Syrie. Des départs au cœur d’un procès, dont le jugement a été rendu il y a deux semaines, le 13 avril. Le parquet et un condamné ont fait appel de ce jugement. Dans la foulée des attaques terroristes de Carcassonne et de Trèbes, le conseil municipal de Lunel avait fait adopter, le 28 mars, une motion intitulée "Pour la défense de la République et pour la lutte contre l'islam radical".