Villeneuve-les-Maguelonne: des filets pour protéger les nids d'oiseaux

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Protéger le retour des oiseaux migrateurs
Article rédigé par
France Télévisions

Attention où vous mettez les pieds ! À cette période de l'année, les oiseaux migrateurs font leurs nids sur les plages. Un appel national est lancé pour les protéger et ne pas les écraser.

On peut facilement les déranger et mettre en péril leur reproduction. En effet, les gravelots à collier interrompu, les sternes naines et autres oiseaux du bord de mer nichent sur les plages. 
Ces oiseaux migrateurs reviennent de leurs sites africains d’hivernage pour se reproduire en France. Ainsi, ils installent leurs nids sur notre littoral. Des refuges extrêmement discrets, poser à même le sable, que les promeneurs peuvent malencontreusement écraser.
Pour les protéger, depuis 10 ans l’office de la biodiversité, assisté d’autres acteurs de la protection de l’environnement, a lancé l’opération « Attention, on marche sur des œufs ! » .

À Villeneuve-les-Maguelonne dans l’Hérault, dans le cadre de cette campagne de sensibilisation, des filets de protections ont été installés sur la plage. Objectif : protéger les espèces menacées par de potentiels prédateurs.
"On est obligé de mettre en place ce dispositif pour signaler au grand public, qu’il y a des oiseaux qui nichent à cet endroit " explique Rémi Jullian, un des garde du littoral.

Empêcher l'accès à la zone de reproduction 

Un espace de 25 000 mètres carrés a été délimité par ces filets. Des protections qui ont été installées, jusqu’au 15 août 2021, afin de stopper les baigneurs ou encore les chiens, qui seraient tenté de se rendre dans cette zone. Des protections nécessaires également, pour permettre aux oiseaux de pondre leurs œufs dans le sable en toute tranquillité.

Une mesure reconduite chaque année au moment où les plages sont prises d’assaut par les touristes en quads, à vélos ou accompagnés d'animaux domestiques. Pourtant, certains promeneurs n’hésitent pas à casser les filets pour pénétrer sur le site. Un phénomène qui s’est accentué lors du premier déconfinement en mai 2020, souligne le garde du littoral Olivier Enjalbert, et cela, bien que tout contrevenant soit verbalisé.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.