Une combinaison pour mieux comprendre les besoins des personnes en situation d'obésité

Publié
Article rédigé par
France Télévisions

À Saint-Etienne, les soignants d'un centre médical ont testé une combinaison pour se mettre dans la peau des patients atteints d'obésité. L'objectif : construire un parcours de soins plus adapté pour ce public spécifique. #IlsOntLaSolution

Pour mieux percevoir les effets de l’obésité et appréhender les besoins des patients en surpoids, les équipes soignantes du Centre médical mutualiste des 7-Collines à Saint-Etienne ont été invitées à porter une combinaison de simulation de l’obésité. Ce costume est composé de poids et d’une combinaison en mousse simulant la corpulence d’un individu de 250 kg.

Vêtu de ce dispositif, les équipes ont pu prendre conscience des difficultés quotidiennes que rencontrent les patients souffrant d’obésité, notamment dans la perte de mobilité et expérimenter ainsi les limites du corps obèse.

Tous les efforts demandent plus d'énergie, donc on a bien chaud. En termes de mobilité aussi, c'est vrai qu'avec le volume on a du mal sur certains mouvements.

Pierre Graud

étudiant en kinésithérapie

A travers cette séance de sensibilisation du personnel soignant, le Centre médical  souhaite améliorer la prise en charge et l'accompagnement des patients obèses. 

Des personnes victimes de grossophobie

Ces patients sont souvent atteints de comorbidité et souffrent de diabète ou de tension. Mais le plus difficile à vivre pour eux, c'est le regard des autres.

Le regard des autres c'est ce qu'il y a souvent de plus difficile car on sent souvent le jugement dans le regard.

Myriam Chevalier Bonnour

patiente

L'équipe soignante veut adapter ses pratiques à ce public spécifique. Plus de 300 patients suivent un parcours de soins pluridiciplinaires : chirurgie, ateliers culinaires et prises en charge psychologique. La maison médicale des 7-Collines ouvrira prochainement un centre dédié à l'obésité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.