Le Secours populaire lance des bus solidaires pour réduire la fracture numérique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

En Meurthe-et-Moselle, le Secours populaire propose un dispositif de solidaribus pour venir en aide aux personnes qui ne savent pas utiliser un ordinateur. L'objectif est de leur apprendre à faire leur démarche en ligne seuls, à être autonomes. #IlsOntLaSolution

L'illectronisme touche 17% de la population française selon l'INSEE. Depuis quelques années déjà, la plupart des démarches administratives s'effectuent en ligne. En France, des millions de personnes, en marge de la société, sont découragées et ratent des opportunités de travail ou de formation en raison de leur ignorance. Le Secours populaire et ses anges gardiens du numérique vont donc à la rencontre des habitants qui le souhaitent. Grâce à deux véhicules, des mini-bus aménagés, ils proposent des cours particuliers itinérants.

"J'accompagne le public au niveau de leur besoin. Cela peut-être une démarche administratives, apprentissage d'une application quelque conque, ou d'un outil comme une tablette, un téléphone ou un ordinateur par exemple. Le but est de les rendre autonome.", explique Christophe Ceylan, conseiller numérique au sein du Secours populaire.

Une république ne peut pas délaisser ses administrés

Ce dispositif d'entraide permet à n'importe quel citoyen d'apprendre et de ne pas être laissé pour compte, comme le rappelle Jocelyne Diaz, secrétaire général du Secours populaire de Neuves-Maison : "Le Secours populaire, par la voix de sa présidente, a fait partie des associations caritatives qui s'en sont émus auprès du gouvernement et qui ont demandé à ce qu'on n'oublie pas ce public parce qu'une république ne peut pas laisser au bord du chemin ses administrés".

Deux solidaribus se déplacent en Meurthe-et-Moselle. L'un d'entre eux sillonne le Nord du département, l'autre le Sud. Le service est ouvert à tous, sans condition de revenu. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.