En Charente-Maritime, la chasse aux frelons asiatiques est ouverte

Publié
France 3 Poitou-Charentes
Article rédigé par
Tristan Alirezai - franceinfo
France Télévisions

Pour lutter contre l'invasion des frelons asiatiques, des campagnes de piégeage sont organisées partout en France, notamment sur le territoire de la communauté royannaise. #IlsOntLaSolution  

C’est un redoutable prédateur. Installé en France depuis une dizaine d'années, le frelon asiatique est un danger pour les abeilles, avec lesquelles il alimente ses larves. Il l’est également pour les humains, en particulier lorsqu’un nid est à proximité des habitations. Partout sur le territoire français, l’animal prolifère à grande vitesse.

Face à la menace, les autorités chargés des espaces naturels dans la communauté d’agglomération de Royan Atlantique ont décidé de lui déclarer la guerre. Une campagne de piégeage a été enclenchée. L'objectif est simple : freiner l’invasion et protéger la population.  

Des pièges pour tous les habitants

La communauté de Royan Atlantique porte à au moins 2 000 pièges installés sur tout son territoire. Afin d’être au plus près de ses habitants, des communes-relais sont mis à disposition pour pouvoir distribuer pus efficacement les dispositifs. 300 pièges leur ont été donnés rien que durant la semaine du 14 février. 

Une fois installés, les pièges peuvent capturer plusieurs dizaines d’individus en une seule fois. Afin de capturer un maximum de reines frelons, les dispositifs sont à installer entre la période de la mi-février et de la mi-mai. D'autant que durant cette période, ces prédateurs finissent par sortir de leur hibernation.

Selon Hugo Berland, chef aux espaces naturels sensibles de la communauté royannaise, il est possible d'"enlever des reines de la circulation" et retirer massivement des nids de frelon sur le territoire. Depuis le début de l’opération en 2019, les initiatives se multiplient pour tenter d'éliminer la menace. À la seule condition que l'opération de piégeage se renouvelle tous les ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.