Cet article date de plus d'un an.

À Marseille, une application testée pour lutter contre la pollution lumineuse

Publié
{}
C8_pollution {} (FTR)
Article rédigé par franceinfo - Malika Catala
France Télévisions

L’ONG "Les Amis de la Terre" a lancé à Marseille une application contre les lumières inutiles la nuit. Elle permet aux citoyens de signaler les vitrines qui restent éclairées. #IlsOntLaSolution 

Elle a été lancée lors de la 14e édition du Jour de la Nuit, une grande manifestation nationale de sensibilisation consacrée au gaspillage énergétique. L’application nommée "Extinction nocturne" vise à traquer les établissements qui ne respectent pas le décret interdisant la publicité lumineuse entre 1h et 6h du matin. Chacun peut la télécharger sur son portable. Une application afin de géolocaliser les enseignes ou vitrines lumineuses inutiles et hors-la-loi, imaginée par un bénévole de l’association "Les Amis de la Terre".

Un safari anti-gaspi

Cette application a été testée à Marseille par une dizaine de militants comme Loïs : "Notre rôle en tant que citoyen, c’est de prendre part, de savoir se rendre acteur au moins à notre échelle". Les bénévoles par groupe de deux arpentent les rues, téléphone portable à la main pour repérer et signaler les vitrines éclairées. "Quand on se promène, on remarque beaucoup de magasins qui ont leurs vitrines allumées alors qu’il y a plus de clients dans la rue", rajoute Vincent de l’association des "Amis de la Terre".

Pendant ce safari anti-gaspi, les militants déposent sous les portes de certains commerces des flyers pour informer ces mauvais élèves de leur passage. Cette initiative vise à sensibiliser les commerçants mais aussi mobiliser les collectivités, pour faire respecter la nouvelle législation sur l’éclairage la nuit. Une loi jugée encore insuffisante pour certains militants. Selon eux, il faudrait que ces extinctions aient lieu beaucoup plus tôt dans la soirée. 140 utilisateurs se sont déjà inscrits pour participer à ces signalements. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.