Lille : fin des vélos libre-service Gobee.bike à cause du vandalisme

L'offre de vélos et de voitures en libre-service se développe. Mais un spécialiste de la location de vélos sans borne se retire des villes de Reims (Marne) et de Lille (Nord) à cause du vandalisme.

FRANCE 2

Tordus, cassés, privés de selle, jetés à l'eau, pendus aux grilles, les vélos verts en libre-service ont subi toutes les tortures possibles et imaginables. À Lille (Nord), l'expérience n'aura duré que trois mois. Depuis le 10 janvier, c'est fini. C'est par un communiqué que la startup Gobee.bike a annoncé à ses abonnés qu'elle arrêtait son expérience lilloise : "Nous ne pouvons plus supporter ni le coût financier, ni le coût moral des réparations."

L'expérience se termine aussi à Bruxelles et à Reims

Le principe était pourtant séduisant : des vélos en libre-service géolocalisés que les utilisateurs déverrouillaient par le biais d'une application. À Lille, il y en a eu jusqu'à 800. Autre dérive, beaucoup d'utilisateurs n'ont pas hésité à privatiser les vélos. L'expérience se termine aussi à Bruxelles (Belgique) et à Reims (Marne). Pour le moment, les vélos verts restent en service à Lyon et à Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des vélos Gobee.bike au sol, à Paris, le 21 novembre 2017.
Des vélos Gobee.bike au sol, à Paris, le 21 novembre 2017. (MAXPPP)