Migrants à Calais : condamnation symbolique pour le Britannique qui voulait aider une petite Afghane

Robert Lawrie, un ancien soldat, avait tenté de faire passer en Angleterre une migrante de la "jungle" de Calais. Jugé par la justice française, il n'a finalement écopé que d'une amende symbolique.

FRANCE 3

Il connaissait les lois, mais il a désobéi. Robert Lawrie, ancien militaire, comparaissait ce jeudi 14 janvier devant la justice française à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Pour son audience, il était notamment accompagné par Bahar Ahmadi, la petite Afghane qu'il a tentée de faire passer clandestinement en Angleterre. Robert Lawrie menait une action humanitaire dans la "jungle" de Calais quand il a fait sa rencontre.

"La compassion peut triompher"

"Si vous saviez tous les messages de sympathie que j'ai reçus de France. Avant, comme beaucoup d'Anglais, j'avais des préjugés sur les Français. Mais là, je suis vraiment tombé amoureux des Français", déclare-t-il à la caméra de France 3. Ce père de quatre enfants, revenu à la vie civile, raconte que le père de la petite Bahar lui avait demandé plusieurs fois d'emmener la fillette en Angleterre, où elle a de la famille. Après plusieurs refus, Robert Lawrie finit par accepter, sans réfléchir aux conséquences de son acte.

Le tribunal correctionnel l'a finalement condamné à une amende symbolique de 1 000 euros avec sursis. "La compassion était présente aujourd'hui à l'audience et la France vient de nous dire que cette compassion peut triompher", a conclu Robert Lawrie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le bénévole britannique Rob Lawrie tient dans ses bras une jeune migrante afghane, Bahar Ahmadi, le 29 septembre 2015, dans la \"jungle\" de Calais (Pas-de-Calais).
Le bénévole britannique Rob Lawrie tient dans ses bras une jeune migrante afghane, Bahar Ahmadi, le 29 septembre 2015, dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais). (ROB LAWRIE)