Cet article date de plus de cinq ans.

Reprise progressive du trafic dans le tunnel sous la Manche après l'intrusion d'une centaine de migrants

La circulation a repris progressivement, samedi, vers 8h30, après de longues heures d'interruption.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants se dirigent vers le tunnel sous la Manche, le 12 août 2015, à Coquelles (Pas-de-Calais). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le trafic dans le tunnel sous la Manche, près de Calais (Pas-de-Calais) a été interrompu, dans la nuit du vendredi 2 au samedi 3 octobre, lorsqu'une centaine de migrants se sont introduits collectivement sur le site. La circulation des trains a repris progressivement, vers 8h30, selon le bureau de France 2 à Lille.

"Aux alentours de 00H30, une centaine de migrants ont forcé une clôture et le passage auprès d'agents de sécurité du tunnel. Nous avons dû suspendre le service", a indiqué une porte-parole du groupe Eurotunnel.

 

Après l'évacuation des migrants en présence de neuf camionnettes de gendarmerie, la circulation Eurostar a repris progressivement, permettant à un train en provenance d'Angleterre de sortir du tunnel à Calais vers 8h30. 

Des migrants accompagnés de militants anarchistes

Dix blessés légers dont sept migrants ont été pris en charge par les cinq ambulances présentes sur place, selon un officier des pompiers. "Ils avaient pénétré dans le tunnel sud et le tunnel de service", a-t-il précisé.

Interrogée sur la présence aux côtés des migrants de militants du mouvement anarchiste No Border, la représentante d'Eurotunnel a affirmé qu'il était "fort probable qu'il s'agisse d'une opération réfléchie ayant pour but d'attirer l'attention de l'opinion publique".

Treize morts depuis fin juin

Le site du tunnel, qui totalise 650 hectares et un périmètre d'une vingtaine de kilomètres, a fait l'objet, pendant l'été, de nombreuses tentatives d'intrusion, généralement la nuit. Un pic à 1 700 avait été atteint le 3 août. D'importants travaux de sécurisation (nouvelles barrières, renforcement d'effectifs, chiens renifleurs) ont depuis été entrepris. Le nombre de tentatives a baissé pour se fixer autour de 100 par nuit, selon plusieurs sources policières.

Certaines de ces intrusions se sont soldées par la mort de migrants. Depuis le 26 juin, 14 d'entre eux sont morts aux abords du tunnel en tentant de rallier l'Angleterre, qu'ils considèrent comme un eldorado.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.