La personne qui lacérait des tentes de migrants a été "licenciée", annonce Gérald Darmanin

La personne licenciée est celle "qui a lacéré" des tentes, et non pas le responsable de la société, a précisé l'entourage du ministre de l'Intérieur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (BERTRAND GUAY / AFP)

L'employé d'une société privée qui a lacéré des tentes de migrants lors d'évacuations de campements dans le Nord a été "licencié", a annoncé Gérald Darmanin lors d'une audition devant la commission des lois de l'Assemblée nationale, mardi 7 décembre. Dénoncées de longue date par les associations, ces méthodes ont suscité une vive indignation, notamment depuis qu'elles ont été documentées à Grande-Synthe, fin 2020, par un photojournaliste indépendant.

"De manière effectivement absolument pas acceptable, une société – je ne la citerai pas parce que la personne qui s'en occupait a été licenciée – a retiré en les lacérant les tentes pour les mettre ensuite à la benne", a déclaré le ministre de l'Intérieur, auditionné sur la situation migratoire dans le Pas-de-Calais deux semaines après le naufrage dans la Manche qui a coûté la vie à 27 migrants. La personne licenciée est celle "qui a lacéré" des tentes, et non pas le responsable de la société, a précisé à l'AFP l'entourage du ministre.

"Ce n'étaient pas des policiers et gendarmes [qui les ont lacérées], il n'y avait pas de migrant à l'intérieur et à la fin ces tentes allaient quoi qu'il arrive à la déchetterie", a défendu Gérald Darmanin. "Je comprends l'émotion", a-t-il encore déclaré devant les députés, précisant qu'il a demandé aux préfets du Nord et du Pas-de-Calais "d'inscrire clairement dans les appels d'offres des sociétés de déchets qu'il n'y ait pas de lacérations" de tentes. A Grande-Synthe, c'est le groupe Ramery qui est chargé du nettoyage des lieux après les évacuations, et notamment d'enlever les tentes. Sollicitée à plusieurs reprises par l'AFP, la société n'a pas souhaité s'exprimer. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants à Calais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.