Calais : un migrant perd un œil lors de heurts avec les CRS

La police des polices, l'IGPN, a été saisie. Les faits se sont déroulés jeudi 25 janvier.

Des migrants attendent le passage de camions, le 12 janvier 2018 à Calais (Pas-de-Calais).
Des migrants attendent le passage de camions, le 12 janvier 2018 à Calais (Pas-de-Calais). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

C'est une affaire qui va relancer le débat sur le traitement des migrants à Calais. La police des polices a été saisie après la grave blessure d'un migrant lors de heurts avec les CRS à Calais jeudi, a appris mardi 30 janvier l'AFP auprès du parquet de Boulogne-sur-Mer. L'homme, qui a déclaré être un Erythréen âgé de 16 ans, a perdu un œil.

Les violences ont éclaté jeudi 25 janvier dans une opération anti-squat, dans la zone industrielle de Calais. Les autorités enlevaient tentes et cabanes des migrants, dans le bois à proximité, lorsque les CRS ont été la cible de jets de pierres. Ils ont répondu par des tirs de gaz lacrymogènes. D'abord conduit à l'hôpital de Calais, le migrant a ensuite été transféré à Dunkerque. Une opération chirurgicale devait permettre "d'explorer la blessure et de retrouver des débris de quelque chose qui permettraient d'identifier le projectile".

Trois autres migrants légèrement blessés

"Il y a blessures avec utilisation de moyens de police, c'est ce qui explique la saisie de l'IGPN (inspection générale de la police nationale)", a expliqué le Parquet, confirmant une information de la Voix du Nord"Il est possible que ce soit une grenade (lacrymogène), tirée en parabole, qui n'ait pas explosé, ce qui fait qu'elle est retombée telle quelle sur la personne. C'est une possibilité. Il peut y avoir également un tir de balle de défense, mais là encore, il faudrait que ce soit un tir tendu, directement vers la personne, cela supposerait un tir à très courte distance, ce qui ne semble pas être le cas d'après les vidéos", a poursuivi le parquet.

Trois autres migrants ont également été légèrement blessés et ont quitté l'hôpital rapidement. La brigade de sûreté urbaine enquête en parallèle sur les caillassages qui ont visé les CRS, blessant légèrement deux d'entre eux.