Affrontements entre migrants à Calais : la maire de la ville dénonce "la complicité" de "certains activistes et associatifs"

Natacha Bouchart, la maire Les Républicains de Calais a estimé, vendredi, sur franceinfo, que des associatifs "font commettre des actes délictueux" aux migrants, alors que de violents affrontements ont fait une vingtaine de blessés jeudi soir.

La maire LR de Calais Natacha Bouchart lors d\'une conférence de presse, le 2 novembre 2017.
La maire LR de Calais Natacha Bouchart lors d'une conférence de presse, le 2 novembre 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La maire Les Républicains de Calais Natacha Bouchart a dénoncé vendredi 2 février sur franceinfo "la complicité de certains passeurs, de certains activistes, de certains 'No Border' ou de certains associatifs", au lendemain de violents affrontements entre migrants afghans et africains en plusieurs endroits de la ville.

"Ils sont complices parce qu'ils sont en permanence avec les migrants, leur font commettre des actes délictueux et ne les incitent pas à rejoindre les dispositifs d'Etat qui sont mis en place", a affirmé Natacha Bouchart.

Un état "d'épuisement" de la population

Une vingtaine de migrants ont été blessés jeudi après-midi, dont quatre sont encore entre la vie et la mort, touchés par balles. Les armes à feu, "ce n'est pas à Calais qu'ils les ont trouvées", a souligné Natacha Bouchart. "Il y a bien eu des personnes extérieures pour les fournir."

"Les circonstances nous donnent à nouveau raison : c’est-à-dire que sur les aires de distribution des repas, il y a des Erythréens, des Afghans, qui marquent leur territoire et qui se font la guerre, s'agressent violemment, a dénoncé Natacha Bouchart. Et le fait qui a engagé cette gravité de l'événement, c'est qu'il y a eu des armes", a ajouté la maire de Calais, faisant état d'un "épuisement" de la population.

"J'attends beaucoup de la loi asile et immigration"

"C'est une situation qu'on ne peut pas accepter, puisque ce sont des migrants qui ne demandent rien et qu'on laisse s'installer sur le périmètre de Calais. Ce n'est plus possible", a ajouté Natacha Bouchart, qui a rencontré jeudi soir à Calais le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

"J'attends beaucoup de la loi asile et immigration", actuellement en préparation, a expliqué l'élue LR qui souhaite la mise en place de "dispositifs adaptés pour faire en sorte que les migrants qui sont à Calais, qui ne demandent rien, puissent être sortis et déplacés de l'ensemble du territoire". À ce sujet, Natacha Bouchart dit avoir demandé au ministre de l'Intérieur "de faire en sorte que dans ce projet de loi cela puisse être possible."