Cet article date de plus de six ans.

À Calais, la vie s'organise pour les migrants

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
À Calais, la vie s'organise pour les migrants
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions
En attendant de rejoindre l'Angleterre ou d'obtenir leur demande d'asile en France, des migrants se sont réunis sur un terrain vague.

Derrière la bretelle d'accès au port de Calais, plus de 3 000 migrants vivent entre les bâches et la poussière. Petit à petit, la vie s'est organisée dans ce campement. Il aura fallu deux mois pour ériger une église qui réunit aujourd'hui une cinquantaine d'Éthiopiens et d'Érythréens. Mima, un Éthiopien de 29 ans mène la prière. Il a survécu de peu au naufrage de son embarquement en mer Méditerranée et reste marqué par ce drame. "Nous prions  pour ceux qui sont morts. Ils ne sont plus avec nous aujourd'hui parce qu'ils sont morts sur le chemin. Ça m'émeut beaucoup d'être ici. Quand je prie, j'oublie même que je suis un migrant", explique-t-il.

Apprendre le français

À quelques pas de là, une école de fortune se dresse. Les  migrants qui l'a fréquente ont demandé l'asile en France. Pour mettre toutes les chances de leur côté, ils s'efforcent d'acquérir les bases du français. "J'étais traducteur en Afghanistan. À cause de ce travail, les talibans m'ont menacé pour que j'arrête de travailler avec les Américains. Ils m'ont dit 'nous ne voulons plus te voir à Kaboul. Nous ne te laisserons pas revenir sinon nous te tuerons' alors ma famille m'a dit de fuir, de quitter l'Afghanistan pour vivre où je voulais vraiment, c'est pour ça que je suis venu", explique ainsi un migrant de 22 ans qui fréquente cette école.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants à Calais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.