Taxis : les chauffeurs lèvent les barrages et attendent beaucoup du gouvernement

Pas vraiment rassurés à propos de leur avenir, les taxis ont repris le travail. Ils espèrent que les promesses de Manuel Valls seront tenues.

FRANCE 3

Après trois jours de mobilisation, les chauffeurs de taxi en conflit avec les VTC ont mis un terme à leur mouvement social ce vendredi 29 janvier. A Paris, Marseille ou encore Toulouse, les derniers rassemblements ont été levés. Le gouvernement, par la voix de Manuel Valls, a annoncé qu'il allait renforcer les contrôles des VTC qui ne respectent pas toujours la législation. De plus, les chauffeurs de taxi les plus en difficulté financière pourront bénéficier d'étalements de paiement des cotisations sociales.

Des questions sur la fameuse licence des taxis

Néanmoins, les taxis restent en alerte. "Si les promesses qui sont faites ne sont pas tenues, on sera de nouveau dans la rue dans trois semaines", promet Frédéric Aussenac, vice-président de l'association de défense des taxis de Toulouse. Les futures négociations doivent aborder la fameuse licence des taxis. A l'origine, il s'agit d'une autorisation préfectorale. Mais puisque ce sésame est difficile à obtenir, les taxis en ont fait un marché juteux. Il y a dix ans, elle se vendait plus de 200 000 euros. Avec l'arrivée des VTC, son prix a baissé de 80 000 euros environ.

Les syndicats souhaitent une compensation financière. Si l’État rachetait toutes les licences, l'opération pourrait lui coûter entre 5 et 8 milliards d'euros. Cela semble peu réalisable.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des chauffeurs de taxis bloquent l\'accès à l\'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d\'Oise), le 26 janvier 2016.
Des chauffeurs de taxis bloquent l'accès à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise), le 26 janvier 2016. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)