Colmar : la traque des suspects se poursuit après l'assassinat par balle d'un jeune homme

La victime, un homme de 25 ans, a été mortellement blessée par balle lundi 15 août lors d'une rixe, après avoir demandé au conducteur d'un scooter de cesser ses passages réguliers, selon la procureur de la République de Colmar.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'altercation s'est produite dans la rue de Berlin, à Colmar (Haut-Rhin). (GOOGLE MAPS)

Les premiers éléments de l'enquête ont permis de reconstituer une partie des faits qui ont conduit à l'assassinat par balle d'un Afghan de 27 ans à Colmar (Haut-Rhin) lundi 15 août, selon un communiqué de la procureur de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, mardi 16 août.

D'après la procureur, "la victime et des amis étaient importunés par le passage régulier d'un scooter sur le trottoir". La victime "demandait au conducteur de s'éloigner", mais le conducteur "l'insultait et lui promettait qu'il allait revenir avec du renfort", ajoute la magistrate.

Le maire "pas entièrement convaincu" par l'hypothèse du rodéo urbain

Le conducteur est revenu "un peu plus tard" accompagné de "plusieurs individus", et "une rixe" a éclaté, d'après le communiqué. "Alors qu'une partie des protagonistes se dispersait, un coup de feu était tiré par un individu, selon les témoins", a précisé la magistrate. La victime, "blessée au thorax", est décédée de ses blessures "dans la nuit de dimanche à lundi à 3 h 40". Le parquet de Colmar a ouvert une information judiciaire contre X pour assassinat lundi 15 août.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a également dépêché sur place la CRS 8, une unité mobile créée pour intervenir rapidement sur tout le territoire. Elle permettra d'"accentuer" la "lutte contre les rodéos urbains, contre les points de deal" et en faveur de "la sécurité", a déclaré le secrétaire général de la préfecture du Haut-Rhin lors d'un point presse, mardi 16 août. Le maire LR de Colmar a cependant déclaré qu'il n'était "pas entièrement convaincu" que l'assassinat était lié à "un phénomène de rodéo urbain", notant que "ce n'est pas parce que quelqu'un est en scooter qu'il fait un rodéo".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Haut-Rhin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.