Cet article date de plus de douze ans.

Face à Tsahal, quel arsenal ?

Quelques éléments sur l'arsenal de roquettes et de missiles dont disposent les Palestiniens
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Quelques éléments sur l'arsenal de roquettes et de missiles dont disposent les PalestiniensQuelques éléments sur l'arsenal de roquettes et de missiles dont disposent les Palestiniens Les groupes palestiniens à Gaza donnent des noms différents aux roquettes qu'ils fabriquent artisanalement. Celles du Hamas sont les Kassam, celles du Djihad islamique les Al Qods, le nom arabe de Jérusalem. La branche armée du Fatah appelle ses roquettes Al Aksa, la principale mosquée de Jérusalem. Mais c'est le nom de Kassam, un combattant palestinien des années 1930, qui s'est imposé comme le terme générique le plus souvent utilisé.
Beaucoup de roquettes à courte portée, celles tirées notamment sur la ville israélienne de Sderot, sont de fabrication rudimentaire - de petites aillettes de métal soudées à un tuyau d'un mètre cinquante rempli d'explosifs. Le Hamas disposerait de plusieurs milliers de projectiles de ce type.
Les premières roquettes Kassam ont été conçues et utilisées en 2001. Elles avaient une portée d'environ 4 km. Depuis, elles ont été améliorées - Kassam 2, Kassam 3... - et ont une portée efficace d'une quinzaine de kilomètres.
Depuis huit ans, le Hamas et les autres groupes armés ont tiré environ 4.100 roquettes et à peu près autant d'obus de mortier sur Israël, selon le ministère israélien des Affaires étrangères. En 2008, plus de 1.500 roquettes ont été tirées sur le sud de l'Etat juif.
Ces tirs ont fait 18 morts - 16 civils et deux soldats - entre 2001 et la fin 2008. Depuis le début de l'offensive "Plomb durci" le 27 décembre à Gaza, il y a eu quatre autres morts dans le sud d'Israël, dont un militaire.
Grâce aux tunnels reliant l'Egypte à la bande de Gaza, les militants palestiniens ont acquis des roquettes plus perfectionnées et à plus longue portée, pour la plupart des missiles Katioucha de 122 mm datant de l'époque soviétique. Dérivés des "orgues de Staline" de la Seconde Guerre mondiale, ces missiles Katioucha ont notamment été utilisés par le Hezbollah libanais pendant la guerre de l'été 2006.
Les versions les plus modernes des Katioucha sont connues sous le nom de Grad, ce qui en russe signifie "averse de grêle". L'Iran, qui soutient le Hamas comme le Hezbollah, fabrique de tels missiles.
Suivant les versions, les Grad ont une portée allant de 20 à 40 km et sont capables d'atteindre les villes israéliennes d'Ashdod, Ashkelon et Beersheba, dans le désert du Néguev. Le Hamas disposerait d'autres missiles susceptibles de frapper encore plus profondément en territoire israélien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.