Des reliques de Saint Martin de Tours découvertes dans la statue de la basilique

La statue, qui menaçait de s'effondrer, a été déposée à terre, lundi. Une caisse en bois a été découverte dans le bras de la statue. Elle contenait un fragment d'os qui pourrait appartenir à Saint Martin.

Les opérations de démontage de la statue de Saint Martin, à Tours (Indre-et-Loire), le 17 février 2014.
Les opérations de démontage de la statue de Saint Martin, à Tours (Indre-et-Loire), le 17 février 2014. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Les spectaculaires opérations ont duré toute la journée, lundi 17 février. La statue de Saint Martin, haute de plus de quatre mètres et qui pèse 2,4 tonnes, menaçait de tomber du dôme de la basilique qui lui est consacrée à Tours (Indre-et-Loire). Elle a été déposée de son socle. Et des reliques du premier évêque de la ville ont été retrouvées dans le bras de la statue.

Le mauvais état du socle de la statue, laquelle était placée au sommet du dôme de la basilique, à une quarantaine de mètres de hauteur, donnait des sueurs froides aux services de la ville. Ceux-ci craignaient qu'elle ne résiste pas aux vents violents qui ont soufflé depuis deux semaines sur la ville, au passage des tempêtes qui ont balayé l'ouest de la France.

Des restes de Saint Martin et d'autres reliques

La statue a donc été descendue à terre. Et c'est là qu'une boîte en bois a été découverte dans le bras droit de la statue, celui qui bénissait les Tourangeaux. Elle en renfermait une autre, probablement en plomb et scellée à la cire rouge. A l'intérieur, un fragment d'os, selon France Info. La présence de ces reliques n'était connue que par tradition orale, selon une religieuse de la communauté carmélitaine de la basilique.

Les restes présumés de Saint Martin, ancien légionnaire romain et évangélisateur de la Gaule du IVe siècle après J.-C., étaient accompagnés d'un bouquet de fleurs fanées ainsi que de reliquaires de trois autres évêques de Tours : Saint Grégoire, Saint Brice et Saint Perpète.

Après restauration du dôme et du socle, la statue de bronze sur structure d'acier devrait reprendre sa place en 2016, l'année de jubilé du saint pour le 1 700 e anniversaire de sa naissance en Hongrie, espèrent les religieuses et la ville.