75e anniversaire du Débarquement : "Tout le secteur était tenu par les Allemands", raconte un Français qui a participé à l'opération

Hubert Faure, 105 ans aujourd'hui, faisait partie du commando Kieffer. Le 6 juin 1944, il débarque sur une plage du Calvados.

Hubert Faure est l\'un des 177 Français à participer à l\'opération.
Hubert Faure est l'un des 177 Français à participer à l'opération. (XAVIER ROSSI / GAMMA-RAPHO)

Donald Trump, Emmanuel Macron, la reine Élizabeth II et 300 vétérans donnent mercredi 5 juin à Portsmouth le coup d'envoi des célébrations du 75e anniversaire du D-Day. C'est dans ce port du sud de l'Angleterre qu'ont embarqué des milliers de soldats pour l'une des plus grandes opérations militaires de l'histoire.

C'est le cas notamment du commando Kieffer : ce 6 juin 1944, ils sont 177, les seuls français en uniforme à débarquer sur les plages normandes. Leur chef, le capitaine de corvette Philippe Kieffer a formé en Écosse ces volontaires venus rejoindre les rangs de la Force navale française libre. À 7h23, ils accostent sur Sword Beach, à Colleville-sur-Orne (devenu Colleville-Montgomery), dans le Calvados.

"Je vous emmène à une grande bagarre"

Parmi eux, Hubert Faure, l'un des trois seuls survivants du commando encore en vie. Il vient de fêter ses 105 ans. Après avoir été capturé en 1940 par les Allemands, il s'échappe et fuit la France pour rejoindre la Grande-Bretagne. Là, il intègre le commando dirigé par Philippe Kieffer. "On s'est préparé, et l'entrainement était très dur, se souvient Hubert Faure. Ça a duré un mois, et j'étais l'un des meilleurs."

Après cette préparation intensive, le jour du D-Day approche : "Kieffer nous a réunis et nous a dit : 'Je vous emmène à une grande bagarre, ce qui veulent arrêter, dites le moi.' Mais tout le monde est venu." Le commando prend alors la direction de Ouistreham : "On a débarqué, et on a vu que tout le secteur était tenu par les Allemands, raconte Hubert Faure. Il a fallu les déloger tous... et on a réussi !"

Après le D-Day, les membres du commando Kieffer restent mobilisés en France pendant plusieurs mois. Seuls 24 d'entre eux ne seront ni tués ni blessés pendant la Seconde Guerre mondiale.