Meurtre de Julie Douib : le procès d’un féminicide hautement symbolique s’ouvre à Bastia

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Meurtre de Julie Douib : le procès d’un féminicide hautement symbolique s’ouvre à Bastia
France 3
Article rédigé par
C. Gillard, C. Weill-Raynal, S. Agrabi, M. Auvray, L. Saadi - France 3
France Télévisions

Le féminicide de Julie Douib, en mars 2019, avait entraîné une prise de conscience de l’opinion publique et de la classe politique. Le procès de son meurtre s’ouvrait, jeudi 10 juin, à Bastia (Haute-Corse).

Devant les grilles du palais de justice de Bastia (Haute-Corse), où des banderoles ont été installées pour Julie Douib, ses proches se tenaient unis, jeudi 10 juin. "J’attends juste qu’il me dise la vraie vérité", confie son père Lucien Douib. La femme de 34 ans a été abattue en mars 2019 à son domicile de L'Île-Rousse, par son ex-mari, le père de ses deux enfants.

Jusqu’au 16 juin

Jusqu’ici, l'homme de 44 ans reconnaît avoir accidentellement tiré un coup sur son ex-compagne. Devant la cour, jeudi, il réfute toute préméditation, expliquant que s’il était armé ce jour-là, c’est parce qu’il devait se rendre au stand de tir. Séparée de son conjoint, Julie Douib avait porté plainte contre lui à plusieurs reprises, en vain, avant le drame. Le manque de protection a renforcé l’émotion autour de sa disparition. Le Grenelle des violences faites aux femmes a été initié six mois plus tard. De son côté, la défense redoute un procès pour l’exemple. Le procès doit se tenir jusqu’au 16 juin.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.