Corse : la vigilance orange pour "vent violent" levée, des rafales à 185 km/h enregistrées

Plusieurs incendies se sont également déclarés dans le Cap corse, dont le principal a brûlé 100 hectares.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des sapeurs-pompiers intervenant sur un incendie près de Brando (Haute-Corse), dans la nuit du 2 décembre 2023. (DUME ALFONSI / MAXPPP)

La Corse n'est plus en vigilance orange pour risque de vents violents, selon le dernier bulletin de Météo-France, publié dimanche 3 décembre. Près de 3 500 foyers étaient toujours privés d'électricité et les transports maritimes "fortement perturbés" samedi soir à 20 heures, selon la préfecture de Haute-Corse.

Des vents "très forts" ont atteint jusqu'à 185 km/h à Cagnano, détaille la préfecture dans un communiqué. Ils ont aussi atteint 147 km/h à l'Ile Rousse, de 120 km/h à 130 km/h en plaine orientale, 105 km/h à Bastia ou encore 102 km/h à Corte.

Lors du dernier point de situation samedi à 20h, "3 500 [foyers] demeurent sans alimentation électrique", contre "environ 8 000" au plus fort de l'événement. "Les interventions techniques" ont été "interrompues durant la nuit et se poursuivront" dimanche matin.

Plus de 100 hectares brûlés

"Les vols en provenance et au départ de Bastia sont maintenus", a ajouté la préfecture. Le trafic ferroviaire n'est lui pas impacté. Au total, les pompiers de Haute-Corse ont procédé à 14 interventions liées aux intempéries, selon la préfecture, qui précise que "le bilan humain reste à ce stade de deux blessés légers, à la suite de la chute d'un arbre sur un véhicule".

Sur la quinzaine d'incendies recensés sur la journée dans le nord de l'île, l'un restait "toujours en cours et important" à Brando, dans le Cap corse, où "100 hectares ont été brûlés". "L'incendie mobilise 130 sapeurs-pompiers et militaires de la sécurité civile, ainsi qu'une vingtaine d'engins", mais "à ce stade, il n'existe cependant aucun risque pour les personnes et les biens", a insisté la préfecture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.