Complications après un tatouage : un dermatologue ouvre une consultation dédiée à Paris

Un dermatologue a ouvert une consultation à l’hôpital Bichat, à Paris, pour recevoir les personnes victimes de complications après s’être fait tatouer. 

Parfois, une crème locale ou un antibiotique suffisent pour guérir, mais dans certains cas il faudra retirer le tatouage par chirurgie ou par laser.
Parfois, une crème locale ou un antibiotique suffisent pour guérir, mais dans certains cas il faudra retirer le tatouage par chirurgie ou par laser. (BEN STANSALL / AFP)

Il y a en France de plus en plus de personnes tatouées (14% des Français selon un sondage Ifop de janvier 2017)  et, mécaniquement, une augmentation des problèmes qui y sont liés. A un point tel qu'un jeune dermatologue de l'hôpital Bichat, au nord de Paris, a décidé d'ouvrir une consultation dédiée à ces problèmes. Lui-même tatoué et féru de tatouages, il reçoit depuis quelques jours un public de tous les âges pour des gonflements ou des démangeaisons. La plupart du temps, ce sont des infections ou des allergies. 

Le spécialiste en France de ces complications 

"Et c’est uniquement cette lésion-là ? Vous vous souvenez si vous vous êtes exposée soleil juste après ?" : Michèle, 72 ans, vient consulter pour une sorte de verrue apparue peu de temps après avoir fait réaliser sur son avant-bras gauche un tatouage représentant une branche de cerisier. "Tout allait bien jusque fin février 2017, puis une toute petite pointe est sortie ici. Elle a continué à grossir puis une inflammation est apparue", explique Michèle. En face de Michèle, le docteur Nicolas Kluger, dermatologue, le spécialiste en France de ces complications. 

Souvent, une réaction à une encre de couleur 

Une étude allemande révèle que, sur près de 3 500 personnes tatouées, 6% d'entre elles décrivent des problèmes chroniques liés à leurs tatouages. Et depuis 10 ans, on appelle le docteur Kulger de partout. D’où l'idée de cette consultation désormais officielle : ici, on soigne d'abord des infections, liées au manque d'hygiène du tatoueur ou du tatoué, mais aussi et surtout des allergies liées à l'encre utilisée pour le tatouage. "Il s’agit le plus souvent, explique le praticien, d’une réaction avec une couleur, le plus souvent le rouge, où le tatouage se met à gonfler. On ne sait pas si c’est une réaction due à une encre hors marché ou non. Mais la plupart des gens qui me contactent me disent avoir été tatoués par un professionnel dans un studio dédié."

La chirurgie ou le recours au laser est parfois nécessaire 

Parfois, une crème locale ou un antibiotique suffisent pour guérir mais, dans certains cas, il faudra retirer le tatouage par chirurgie ou par laser"L’ouverture de cette consultation permettra de mener des travaux de recherche sur cette problématique aujourd’hui peu explorée, affirme le docteur Kluger. Ces travaux permettront de limiter voire prévenir le risque de développement des complications liées aux tatouages mais également d’apporter les meilleures solutions thérapeutiques pour les traiter."

Le service sera ouvert une fois par mois

Installée au cœur du service dermatologie, cette consultation devrait permettre de mieux comprendre les complications cutanées, comme les inflammations, les infections et les allergies, liées aux tatouages. Ce service sera ouvert une fois par mois et permettra la réalisation d'un diagnostic plus adapté aux pathologies des patients tatoués.