Vidéo Chasses traditionnelles : Fabien Roussel "en a un peu marre des intellectuels condescendants qui donnent des leçons"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le candidat communiste à la présidentielle prend la défense des chasseurs.

"J'en ai un peu marre de ces intellectuels condescendants qui n'arrêtent pas de nous donner des leçons sur nos pratiques, sur nos manières de faire, qui nous disent ce qu'il faut manger et comment il faut conduire", s'est indigné Fabien Roussel, lundi 18 octobre sur franceinfo. Le candidat du Parti communiste français (PCF) à la présidentielle était interrogé à propos des chasses traditionnelles. Huit arrêtés sont parus vendredi au Journal officiel, autorisant ces chasses par piégeage, en dépit d'une décision du Conseil d'État qui les jugeait illégales. Ces arrêtés ont été immédiatement attaqués par des associations de défense de la cause animale.

Pour Fabien Roussel, il n'est pas nécessaire d'interdire ces chasses traditionnelles. À l'entendre, elles sont "exercées par peu de monde" et "ne se transmettent pas". "Il y a un sens de l'histoire qui fait que petit à petit, ces pratiques vont disparaître naturellement, et donc il faut laisser faire la vie", a-t-il assuré.

Les chasseurs "essentiels à la préservation de notre environnement"

Le candidat du PCF à la présidentielle s'est également posé en défenseur des chasseurs. "Il y a un courant anti-chasse que je ne partage pas, parce que je suis moi-même député d'une conscription rurale [dans le Nord]", a-t-il déclaré. "Je sais que les chasseurs et la Fédération de chasse participent beaucoup à l'entretien, à la préservation des pâtures avec les agriculteurs", a-t-il indiqué. Selon lui, "ils financent beaucoup tout ça et participent à la préservation aussi de la faune". "Je sais que chez moi, il y a une surpopulation de sangliers et donc tous les ans, c'est la préfecture qui fait appel aux chasseurs pour réguler cette surpopulation de sangliers", a-t-il expliqué. Pour lui, les chasseurs "sont aussi essentiels à la préservation de notre environnement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.