Cet article date de plus d'onze ans.

Cette revue indépendante Prescrire entend "protéger la population de futurs Mediator" grâce à 57 mesures

La Revue propose en priorité des critères de mise sur le marché des médicaments "plus exigeants" grâce à des essais cliniques comparant le nouveau médicament aux médicaments existants, et non à un placebo.Prescrire, qui participe aux Assises du médicament en cours, publie ses propositions www.prescrire.org
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une personne lit un numéro de la revue "Prescrire" prise le 04 janvier 2011 à Paris. (AFP)

La Revue propose en priorité des critères de mise sur le marché des médicaments "plus exigeants" grâce à des essais cliniques comparant le nouveau médicament aux médicaments existants, et non à un placebo.

Prescrire, qui participe aux Assises du médicament en cours, publie ses propositions www.prescrire.org

La revue suggère aussi un financement public de la formation des professionnels de santé sur les médicaments, ainsi qu'un renforcement important de l'expertise interne des agences. Une "transparence générale des agences et autres institutions compétentes en matière de médicament", est aussi réclamé par Prescrire avec notamment la publication des opinions minoritaires et le mise en ligne des compte-rendus des réunions.

Dans le domaine de la pharmacovigilance, la revue entend faire participer les patients qui pourrait noter des effets indésirables alors qu'un pictogramme pourrait être apposé sur les produits "sous surveillance particulière".

Les décisions de suspension ou de retrait d'autorisation de mise sur le marché doivent être prises "sans retard", afin que le doute bénéficie "au patient et non au médicament", souligne Prescrire .

L'accent est également mis sur la formation initiale des professionnels de santé qui doit être "libre de l'influence des firmes". L'enseignement et la recherche doivent se voir offrir un "financement public suffisant".

Prescrire suggère enfin de mettre à disposition du grand public une base d'information sur les médicaments commercialisés "exhaustive et gratuite". Les contrats des soignants avec des firmes devraient être publiés en ligne.

Autre domaine, celui des pharmaciens d'officine, pour lesquels la revue imagine une augmentation de leur mode de rémunération en échange d'une mission de conseil et d'accompagnement des patients.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.