Loiret : un propriétaire de casinos condamné pour pratiques de chasse jugées illégales

Benjamin Tranchant, qui va faire appel, a également vu son permis de chasse retiré pour une durée de deux ans. 

Article rédigé par
Avec France Bleu Orléans - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le palais de justice de Montargis (Loiret), le 14 janvier 2020. (ANNE OGER / RADIO FRANCE)

L'homme d'affaires Benjamin Tranchant a été condamné mercredi 12 mai par le tribunal correctionnel de Montargis (Loiret), pour des pratiques de chasse illégales, rapporte jeudi France Bleu Orléans. Son permis de chasse lui a été retiré pour une durée de deux ans. Il a également été condamné à payer une amende de 2 000 euros et à verser 600 euros de dommages et intérêts aux parties civiles que sont la fédération des chasseurs du Loiret et l'association départementale des chasseurs de grand gibier mais l'homme d'affaires va faire appel.

La justice, saisie par l'Office français de la biodiversité, lui reproche d'avoir installé un piège à gibier, qu'il attire avec de la nourriture à l'entrée de son domaine de la Brenaudière, à Langesse. Une fois rentrés dans le domaine, les animaux ne peuvent plus sortir. Cela revient à en prélever dans leur milieu naturel sans autorisation, ce qui est interdit. Une pratique que le président du groupe Tranchant, propriétaire de casinos, conteste, bien qu'elles aient été constatées de visu par les agents de l'Office en 2019.

Les associations de défense des animaux dénoncent souvent les pratiques de Benjamin Tranchant, qui se revendique comme un passionné de chasse. Lui qui possède plusieurs domaines, comme à Chaumont-sur-Tharonne en Sologne, et donc à Langesse, dans le Loiret, est notamment régulièrement montré du doigt pour sa pratique de l'engrillagement. Une technique qui consiste à clôturer les propriétés pour empêcher le gibier de circuler, mais pour laquelle il n'était pas jugé mercredi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Orléans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.