Teknival dans l'Indre : 71 personnes blessées ou malades, dont 5 en urgence absolue

Le Teknival a lieu depuis ce jeudi à Villegongis dans l'Indre. 20 000 teknivaliers ont été comptés sur le site à 17h vendredi.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Des dizaines de milliers de personnes sont rassemblées depuis jeudi 18 mai à Villegongis, dans l'Indre, pour le Teknival. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Les trois personnes prises en charge en urgence absolue ce vendredi lors du Teknival de Villongongis (Indre) ne sont pas en danger de mort ce vendredi soir, a appris France Bleu Berry de source proche du dossier. Le premier blessé grave, un homme de 40 ans, s'est endormi dans les hautes herbes et s'est fait rouler dessus par un automobiliste qui faisait une marche arrière sans l'avoir vu. Le deuxième blessé grave s'est fait mordre par une vipère, tandis que le troisième a fait un malaise considéré comme inquiétant par les secours. 

Ces trois personnes prises en urgence absolue le sont "pour des faits, à ce stade, qui ne tiennent pas à des comportements à risque mais à des accidents, comme ce matin avec un véhicule", a précisé le préfet de l'Indre Stéphane Bredin, lors d'une conférence de presse, organisée vendredi 19 mai. Le représentant de l'État indique par ailleurs que 32 personnes en urgence relative ont également été prises en charge. Sept personnes, dont les trois en urgence absolue, ont nécessité un transfert vers le centre hospitalier de Châteauroux.  

Une dizaine de soignants en renfort de Rennes

Les secouristes ont porté assistance à 86 personnes, dont 35 dans la nuit du jeudi 18 au vendredi 19 mai, indique la préfecture de l'Indre. "Les problèmes vont commencer à partir de demain samedi, et pour les deux nuits à venir", a déclaré vendredi 19 mai sur franceinfo, Louis Soulas, le patron du SAMU et des urgences au CHU de Rennes, dont les services ont été envoyés en renfort à Villegongis.

 >> Teknival dans l'Indre : 200 gendarmes déployés chaque jour jusqu'à dimanche, annonce la préfecture

Ayant du "recul sur d'autres événements, comme le Teknival de 2017 en Indre-et-Loire", il sait que "ce type d'événement est très accidentogène, avec des malaises, des personnes qui consomment des produits illicites conjugués à de l'alcool".

"L'objectif est de pouvoir apporter une réponse sanitaire adaptée sans pour autant diminuer l'offre de soins pour la vie quotidienne des habitants sur place", a ajouté Louis Soulas. "L'idée est d'avoir trois équipes médicales complètes, donc ça va représenter une dizaine de médecins et d'infirmiers" en renfort de Rennes. "Le dispositif médical est à distance, à un kilomètre et demi du lieu de manifestation. On intervient dès que les malaises sont signalés", précise-t-il.

20 000 teknivaliers 

Ce vendredi, à 17h, "20 000 teknivaliers sont sur site", a précisé le préfet de l'Indre. "On anticipe une seconde vague à partir de ce soir et pendant toute la journée de demain". De fait, le dispositif de sécurité est "renforcé" dès ce vendredi après-midi. Ce sont désormais 270 gendarmes qui sont sur place, avec la mise en place de "quatre points de contrôle aux abords du site". 


Depuis ce jeudi, "280 véhicules et 340 personnes ont été contrôlés", ce qui a abouti à "certains placements en garde à vue", dont le nombre exact n'a pas été communiqué par le préfet de l'Indre. Selon les organisateurs, 11 associations et 130 bénévoles sont présents lors de ce Teknival afin d'informer les participants sur les risques liés à la prise de stupéfiants et d'alcool, et des tests d'alcoolémie sont mis à disposition. 

Contacté par France Bleu Berry, le parquet de Châteauroux fait état de trois interpellations depuis le début de ce Teknival. Deux de ces interpellations le sont pour des délits routiers, une troisième, qui concerne un mineur, pour usage de stupéfiants. Les gardes à vue sont terminées ce vendredi à 23h, selon le parquet, qui précise qu'elles ont donné lieu à des convocations futures devant officier de police judiciaire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.