Mini-maisons : quand les logements rétrécissent

Les mini-maisons rencontrent un franc succès. Apparues dans le paysage il y a quelques années, elles séduisent de plus en plus. Reportage en Bretagne.

France 2

Maïwenn Ferec vit dans 14 m2. Un logement aux dimensions réduites à leur strict minimu : 4 m de haut pour 2,5 m de large. L'étudiante loue cette mini-maison 460 € par mois. Pour le même prix, elle aurait pu prendre un T2 en centre-ville, mais le charme de ce petit espace l'a emportée. Comme elle, quatre autres locataires se sont installés dans ce village de maisons miniatures, des "tiny houses", c'est-à-dire des mini-maisons. Aurélie Moy, une jeune ingénieure, est à l'origine du projet. Elle profite d'un terrain familial inexploité pour développer cette communauté d'habitations en modèle réduit, convaincue qu'il est possible de vivre autrement.

Symboles d'un mode de vie écologique

Le concept est né aux États-Unis en 2005 après le passage de l'ouragan Katrina et prend de l'ampleur à la suite de la crise des subprimes, trois ans plus tard. Les mini-maisons sont alors la solution pour se loger à moindre coût. Devenues symboles d'un mode de vie écologique, elles séduisent jusqu'en France. Un succès pressenti très tôt par Guillaume Gilbert, jeune entrepreneur, qui les réalise sur mesure. Coût total d'une micromaison : entre 60 000 et 65 000 euros, un prix conséquent pour un logement entièrement réalisé à partir de matériaux locaux et renouvelables. Cette année, la société a réalisé six maisons miniatures et vient de recruter un apprenti pour faire face à l'accroissement de la demande.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les mini-maisons rencontrent un franc succès. Apparues dans le paysage il y a quelques années, elles séduisent de plus en plus. Reportage en Bretagne.
Les mini-maisons rencontrent un franc succès. Apparues dans le paysage il y a quelques années, elles séduisent de plus en plus. Reportage en Bretagne. (France 2)