Bolt lance un service de partage de vélos électriques à Paris et met à disposition 500 bicyclettes

Le rival de Uber entend récupérer le marché laissé à l'abandon par son concurrent après le retrait des vélos électriques Jump dans la capitale.

Une photo d\'un vélo électrique Bolt au Royaume-Uni le 13 mai 2020.
Une photo d'un vélo électrique Bolt au Royaume-Uni le 13 mai 2020. (NICK ANSELL / MAXPPP)

Bolt, le rival européen de Uber, a lancé mercredi 1er juillet un service de partage de vélos électriques à Paris et compte déployer son offre dans d'autres capitales européennes au cours de cette année. "Notre nouveau service de partage de vélos électriques contribuera à satisfaire la demande de modes de transport individuel, léger et écologique, qui a connu une croissance en raison de la levée progressive du confinement due au Covid-19", explique Dmitri Pivovarov, chef d'unité chez Bolt, dans un communiqué. La société estonienne essaie de récupérer un marché laissé vacant par Jump, dont les 5 000 vélos électriques avaient été retirés le 15 juin.

Un vélo de 22 kg avec 65 km d'autonomie

Quelque 500 vélos sont ainsi accessibles grâce à l'application Bolt. Pour le lancement, les frais de déverrouillage de 1 euro sont offerts et la minute est tarifée à 10 centimes seulement (contre 20 centimes en général pour les trottinettes). "Nous avons choisi un vélo électrique très qualitatif, relativement léger (22 kg) et solide. Il a de grandes roues, il est maniable et sa batterie amovible a une autonomie de 65 km", détaille Henri Capoul, le directeur général de Bolt en France au Parisien.