Barrage de Sivens : le projet initial définitivement abandonné

L'État a officiellement signé l'abandon définitif du projet du barrage de Sivens. France 3 fait le point sur la situation.

France 3

Enterré discrètement le jour de Noël par les préfets du Tarn et du Tarn-et-Garonne, le projet initial du barrage de Sivens est abandonné. La nouvelle a fuité sur Twitter à l'initiative du député Les Républicains François Bonhomme. "Gâchis", "capitulation", l'élu dénonce la faiblesse de l'État. "Ça va nuire au développement de l'agriculture sur toute la zone du bassin concerné. Ça veut dire aussi que l'État porte un coup mortel à tout nouveau projet de cette nature à un autre endroit", affirme-t-il.

3,4 millions d'euros

Cet arrêté signe l'épilogue de deux années de vives contestations. Sur site, des militants écologistes occupent le terrain, refusant le projet d'irrigation des cultures. Des face à face violents, qui culminent avec la mort de Rémi Fraisse en octobre 2014, tué par une grenade offensive. Un drame qui gèle de fait les travaux. Aujourd'hui, les cartes sont rebattues. Un autre projet de barrage avec une retenue d'eau réduite de moitié est à l'étude. Un projet qui ne séduit toujours pas les opposants. Le projet de barrage de Sivens reste donc d'actualité. En attendant une version édulcorée, l'État indemnisera le département du Tarn 3,4 millions d'euros dédiés en partie à la réhabilitation de la zone humide. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une barricade posée par les anti-barrages sur la \"ZAD\" de Sivens (Tarn), le 5 mars 2015.
Une barricade posée par les anti-barrages sur la "ZAD" de Sivens (Tarn), le 5 mars 2015. (REMY GABALDA / AFP)