Lac du Chambon : l'état de catastrophe naturelle reconnu pour trois communes

L'arrêté ministériel concerne La Grave, Le Monêtier-les-Bains et Villar d'Arène (Hautes-Alpes).

Un glissement de terrain sur le lac du Chambon (Isère), le 5 juillet 2015.
Un glissement de terrain sur le lac du Chambon (Isère), le 5 juillet 2015. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Les commerçants pénalisés vont désormais pouvoir faire jouer leurs assurances. L'état de catastrophe naturelle a été reconnu pour trois communes des Hautes-Alpes isolées depuis plusieurs mois à cause d'un glissement de montagne au-dessus du lac du Chambon (Isère).

Un arrêté interministériel publié samedi 1er août au Journal officiel (PDF) reconnaît ainsi l'état de catastrophe naturelle pour La Grave, Le Monêtier-les-Bains et Villar d'Arène (Hautes-Alpes).

Concrètement, cet arrêté concerne les 15% de commerçants des trois communes qui bénéficient d'une clause catastrophe naturelle dans leurs contrats d'assurance. Ils peuvent désormais faire valoir une perte d'activité pour sauver leur entreprise, a expliqué Philippe Raybaudi, porte-parole du collectif du Chambon, qui regroupe à ce jour plus de 8 800 personnes.

"L'Etat est conscient que c'est un problème très grave"

"Les personnes intéressées disposent de dix jours à compter de la date de publication de cet arrêté pour déclarer le sinistre auprès de leur assureur", a annoncé lundi la préfecture des Hautes-Alpes.

"L'état de catastrophe naturelle est une première chose très importante. Cela permet de voir que l'Etat est conscient que c'est un problème très grave. C'est aussi une mesure exceptionnelle car le glissement s'est produit sur la commune de Mizoën [Isère]", riveraine du lac, et donc pas directement sur les communes visées par l'arrêté, s'est félicité Philippe Raybaudi.